Voiture électrique

Voici la Voiture Propre qui roule à l'électricité : l'Automobile électrique et Hybride.
Retrouvez sur ce Site les Actualités, Dossiers, les principales Marques et Modèles (prix du neuf et concepts) de véhicules electriques actuels et à venir. Nous abordons aussi l'actualité de la Voiture Hybride, des voitures propres et nouveaux concepts technologiquement "Green".
Découvrez aussi l'histoire de la voiture électrique du 19 è siècle jusqu'à aujourd'hui.
Passionné ? Venez échanger et commenter sur nos articles de blog pour Partager avec les autres utilisateurs.
Futur Acheteur de Voiture électrique ? Inscrivez-vous pour acheter une voiture électrique être averti dès que nous aurons des partenariats avec certains constructeurs.

Classe B Electric Drive : Mercedes lance la production


C’est maintenant officiel, la marque allemande Mercedes Benz a lancé la production de la nouvelle Classe B Electric Drive : un nouveau monospace entièrement électrique.

mercedes b electrique

Issue de la même ligne de production que la Classe B, la Class B Electric Drive va laisser le moteur diesel pour y embarquer un moteur électrique à zéro émission de CO2. Voilà donc un modèle qui vient s’aligner à d’autres géants comme la i3 de chez BMW, autre constructeur allemand qui s’est investi dans les voitures électriques de luxe. Destinée dans un premier temps pour le marché américain au cours de l’été 2014, la Classe B Electric Drive sera lancée fin 2014 en Allemagne, puis dans toute l’Europe au cours de l’année 2015. Ensuite, Mercedes prévoit de lancer une version volant à droite de ce monospace pour le Royaume-Uni et le Japon.

Cette nouvelle Allemande électrique sera dotée d’un moteur électrique puissant de 177 ch soit 132 kW, avec un couple de 338 Nm pour un poids de 1,750 tonne. Le monospace électrique devrait alors atteindre les 100 km/h en 7,9 secondes en départ arrêté, ainsi qu’une vitesse maximale de 160 km/h. Les batteries qui alimentent ce moteur sont des lithium-ion qui proviennent de chez Tesla, fabricant de renommée et dont Daimler AG détient une part de capital. En fonction du mode de conduite, l’autonomie de ce monospace électrique variera alors de 180 à 200 kilomètres. Il faut environ 4 heures pour recharger les batteries avec une prise domestique de 220 volts. Par ailleurs, une heure et demie de charge avec une wallbox dédiée de 11kW peut permettre de recharger les batteries à 50 % ou plus. Le prix de la Classe B Electric Drive devrait par ailleurs se situer autour de 33000 euros.

Source : blogautomobile

GM mise 449 millions USD supplémentaires sur les voitures électriques


General Motors va investir 449 millions de dollars pour préparer la production de ses prochains modèles « zéro émission ».

GM

GM en pleine opération de relance

Après quelques années de flottement, le marché automobile mondial a retrouvé sa splendeur en 2013. Aux États-Unis, 15,7 millions de voitures se sont écoulées… dont 550 000 unités utilisant soit une propulsion 100 % électrique, soit une technologie hybride rechargeable. Dans un marché de l’électrique largement dominé par Nissan, Toyota et Tesla, General Motors – pourtant deuxième plus grand constructeur mondial – peine à trouver sa place. La Chevrolet Volt est quasiment le seul modèle électrique à succès de GM actuellement, l’Opel Ampera et la Cadillac ELR n’arrivant pas à percer sur le marché.

Certainement désireux de rattraper ce retard, General Motors vient d’annoncer un nouvel investissement de 449 millions de dollars, entièrement dédié à la remise à niveau de ses lignes de production de voitures électriques et hybrides. Cette somme fait partie des 5,4 milliards USD de dépenses prévues par le groupe en marge de son programme de développement et d’optimisation de sa chaîne de production à travers le monde.

L’électrification des usines de Détroit en vue

Les 449 millions de dollars évoqués par GM seront affectés à la rénovation de deux usines basées à Détroit, fief historique de la marque dans le Michigan. Une tranche de 65 millions USD servira avant tout à améliorer les capacités d’électrification de voitures de l’usine de Bronwstown. Le site de Detroit-Hamtramck bénéficie d’une attention toute particulière : plus de 85 % des investissements, soit les 384 millions de dollars restants, lui sont dédiés. Ces dépenses permettront à l’usine d’accueillir de nouvelles lignes de production pour la nouvelle génération de l’Opel Ampera, de la Cadillac ELR et de la Chevrolet Volt. Le site devrait être prêt à produire ces prochaines versions dès 2016.

source: lemonde

Opel commercialisera une nouvelle citadine électrique d’ici 2017


Quelque peu distancé en matière de technologie électrique, Opel envisage de s’investir davantage dans cette filière dans les années à venir. La sortie d’une citadine 100 % électrique courant 2017 serait une première étape de son engagement.

Opel Electrique

Une future concurrente des Renault ZOE et autres Volkswagen e-Up!

Fin 2012, Opel a annoncé la fin du développement de l’Adam électrique. Des raisons économiques et budgétaires étaient alors avancées pour expliquer l’arrêt du projet. Il semblerait que la filiale allemande de General Motors souhaite revenir sur sa décision, au vu des dernières révélations du magazine Automobilwoche. S’appuyant sur les dires de Peter Christian Küspert, directeur des ventes d’Opel, la revue évoque la probabilité du lancement d’une citadine 100 % électrique de la marque en Europe, d’ici 2017. Ce modèle reprendrait quelques-unes des principales caractéristiques de la City, une autre citadine électrique prévue sortir en 2015. Plus accessible et plus compact que la dernière Ampera, « BEV » — le nom de code du véhicule – devrait concurrencer les modèles phares de son segment, comme la petite e-Up! de Volkswagen et la Zoe de Renault.

Un revirement surprenant… mais compréhensible

Si le lancement de cette citadine électrique est confirmé, le virage nouvellement adopté par Opel surprend. Plus connue pour ses berlines, ses sportives et ses modèles aux grosses cylindrées, la marque ne semble pas à sa place dans la gamme des petits véhicules. Ce revirement n’est pas pour autant anodin. « Battery Electric Vehicle » reste dans la lignée des nombreux programmes de l’enseigne, visant à s’adapter aux normes d’émission de CO2 dictées par la Commission européenne. Cette dernière impose aux constructeurs une émission moyenne de 95 g de CO2 par kilomètre parcouru pour leurs gammes de voitures. Les lancements du projet « BEV » en 2017, de la City électrique en 2015 et de la dernière Ampéra vont tous dans ce sens.

Le renforcement du soubassement de la Model S a blanchi le dossier de Tesla


Après les incendies successifs survenus sur deux véhicules de Model S de Tesla, toutes les voitures électriques et hybrides de ce géant américain seront désormais équipées d’un soubassement renforcé en titane afin de mieux protéger les batteries et réduire les risques d’accident.

tesla motors

Tesla et la Model S : des accidents inévitables

Depuis le lancement de ses premières voitures électriques et hybrides, il y a six ans, Tesla n’a jamais dû faire face à des accidents mortels causés par ses véhicules. Malheureusement, deux des exemplaires de la Model S ont montré quelques signes de faiblesse au niveau du châssis et du compartiment des batteries, entraînant des incendies inévitables. Le premier accident a eu lieu au nord-ouest de Washington, le second dans l’État du Tennessee. D’après les enquêtes menées par l’autorité de la sécurité routière américaine (ou NHTSA), les incendies étaient dus à des perforations du châssis où se trouvent les batteries Lithium-ion. Pour la NHTSA, ces accidents sont fréquents lors des trajets sur des routes encombrées de débris.

Les mesures prises par Tesla

Après quelques mois d’investigation, la NHTSA a enfin tranché en affirmant aux médias que l’affaire était close. Cette décision a été prise d’un commun accord avec Tesla. Ce grand pionnier de la fabrication de voitures électriques et hybrides a décidé d’apporter des modifications et des améliorations sur l’ensemble de sa production. La première mesure prise est le renforcement du soubassement de chaque modèle. La garde au sol sera légèrement relevée afin d’y ajouter trois pièces de blindage en titane, un matériau très résistant et ultraléger pour économiser de l’énergie et garantir la sécurité des passagers. Ces modifications ne sont pas uniquement destinées aux voitures en construction. Selon les responsables de chez Tesla, tous les propriétaires de modèles en circulation pourront en bénéficier en faisant une demande. Ainsi, les coûts des modifications des châssis seront gratuits. Une nouvelle qui fera le bonheur des passionnés de Tesla !

Porsche n’a pas exclu la production d’un modèle électrique


Selon les déclarations de Matthias Müller, président de la marque Porsche, la production d’un modèle électrique n’est pas à exclure.

porsche electric

Ces dernières semaines, la marque Porsche faisait parler d’elle à propos d’une certaine Cayman GTS, du nouveau Boxter ou encore d’une affaire de 785 modèles 911 GT3 récemment rappelés. Toutefois, il semblerait que la firme de Stuttgart prévoirait quelques surprises d’ici peu, notamment avec une extension de la gamme et la production probable d’un modèle 100 % électrique.

Interrogé par la presse à propos de cette potentielle fabrication de voiture électrique, le patron de Porsche a confirmé que cela faisait bien partie de leurs projets. Par la même occasion, il a souligné avoir une appréhension particulière pour les véhicules hybrides à autonomie prolongée. Cela ne l’empêchait pas toutefois d’être réellement intéressé par les voitures entièrement électriques, tant que celles-ci avaient une autonomie supérieure ou égale à 300 kilomètres. Il est donc assez facile de deviner les ambitions de Porsche vis-à-vis de ce projet.

À titre de rappel, la marque allemande n’en est pas à son premier projet de véhicule électrique, dans la mesure où l’ancien président Michael Macht avait en son temps annoncé que Porsche s’intéressait beaucoup à cette technologie 100 % électrique. D’ailleurs, le label avait présenté trois prototypes en 2011, qui étaient basés sur un concept similaire à la Porsche Boxter. L’un de ces trois modèles était capable de développer 245 chevaux grâce à ses deux moteurs électriques. Étant de notoriété publique que la marque maîtrise bien cette technologie, nombreux en arrivent alors à poser la question quant à une commercialisation imminente.

Hyundai lancera des voitures électriques à batterie rechargeable en 2016


Depuis, Hyundai s’était contenté du marché des véhicules à pile à combustible. Le constructeur coréen annonce aujourd’hui son intention de proposer une voiture électrique à batterie rechargeable d’ici 2016.

Hyundai electrique

Répondre aux besoins du marché

Dans le domaine du véhicule électrique, Hyundai a depuis toujours concentré ses activités sur les modèles équipés de piles à combustible. La construction des modèles dotés d’une batterie rechargeable a été délaissée au profit de Kia détenu à 34 % par la marque, mais qui est également son partenaire. Le Sud-Coréen envisage toutefois de se lancer sur ce segment dans un avenir proche. Le marché des voitures équipées d’une batterie rechargeable est en effet en pleine croissance et des marques comme BMW ou Nissan proposent leur propre modèle avec respectivement la i3 et la Leaf. L’arrivée prochaine de ces voitures sur le marché sud-coréen devrait d’ailleurs motiver Hyundai à proposer ses propres modèles. L’entreprise commence en effet à perdre du terrain sur le marché national d’autant plus que Kia propose également la Soul.

Un lancement en 2016

Le vice-président de Hyundai, Lee Ki-Sang, souhaite proposer un véhicule à batterie rechargeable d’ici 2016. Il a profité du lancement de la Soul de Kia pour annoncer la nouvelle. Il compte ainsi rattraper son retard sur les autres marques qui proposent déjà ce type de voiture. Il a également profité de son annonce pour affirmer que si Kia s’est toujours concentré sur les voitures à batterie et que Hyundai s’est occupé des véhicules à piles à combustible, les rôles vont désormais s’inverser. Pour autant, le vice-président de Hyundai prévoit 5 000 exemplaires de la Soul vendus avant la fin de l’année. Après ce premier modèle électrique, Kia devrait ainsi développer de nouveaux modèles fonctionnant à l’aide d’une pile à combustible et laisser le segment des batteries rechargeables à Hyundai.

Volkswagen va commercialiser l’e-golf dans un futur très proche


C’est maintenant officiel : l’assemblage de l’e-golf pour une commercialisation imminente a été lancé en Allemagne. Zoom sur cette Golf électrique de Volkswagen.

photo: motortrend

photo: motortrend

Une golf puissante et peu énergivore

Esthétiquement parlant, l’e-golf ne diffère pas beaucoup des dernières Golf VII à moteur thermique. En effet, elle est montée sur la structure modulaire MQB de Volkswagen, qui permet de monter plusieurs motorisations différentes pour un même modèle. Ce sont ses projecteurs à LED et la signature différente qui la différencient des modèles thermiques. Du côté des performances, l’e-golf frappe fort avec un moteur de 85 kW. Avec un couple de 270 Nm, la golf électrique est alors capable de faire le 0 à 100 km/h en 10,4 secondes. L’autonomie n’est pas en reste, car la batterie lithium-ion de 24,2 kWh permet à l’utilisateur de cette golf de parcourir entre 130 et 190 kilomètres. Cette autonomie varie bien évidemment du mode de conduite.

Se relever du flop de l’e-up

Vers la fin de l’année 2013, Volkswagen a annoncé la commercialisation de son véhicule électrique urbain : la e-up. Le rôle de cette petite citadine était de concurrencer la Zoe de Renault ainsi que la Leaf de Nissan. Mais avec des performances inférieures à ces deux modèles cités et un prix légèrement au-dessus de 25 000 euros, la Volkswagen e-up n’était pas près de recueillir beaucoup de suffrages auprès du public, surtout que les véhicules électriques sont encore difficilement accessibles pour de nombreux ménages. Cette e-golf est donc attendue comme celle qui va succéder à l’e-up sur le marché des véhicules électriques, et rehausser l’image de la marque allemande dans ce contexte-là. Proposée à partir de 34 900 euros en Allemagne, cette e-golf inclut une garantie batteries de 160 000 kilomètres, l’équivalent de 8 années de conduite.

)

Tesla pourrait signer avec Panasonic pour monter une méga usine


Le constructeur Tesla a l’intention de passer à la vitesse supérieure quant au développement de voitures électriques. La marque compte ainsi lancer un projet de méga usine aux USA, avec Panasonic pour potentiel partenaire.

Tesla Panasonic

Une méga usine de production de batteries

Tesla prévoit de construire une méga usine de batteries qui devrait lui coûter près de 2 milliards USD. L’usine est destinée à la fabrication de batteries et devrait être sur pied d’ici trois ans. Le défi que Tesla se lance est d’envergure : tout le processus de fabrication des batteries se déroulera dans l’enceinte de l’usine, jusqu’à l’assemblage final. Il se peut également que Tesla élargisse son activité à la fabrication de batteries de stockage d’énergie domestique. D’après les déclarations des responsables de chez Tesla, cette usine devrait atteindre son rythme de croisière d’ici 2020 et pourrait à ce moment-là fournir 500000 batteries par an à destination des véhicules électriques de Tesla, mais aussi d’autres constructeurs de véhicules propres.

Panasonic est attendu au rang des partenaires

Dans le cadre de ce grand projet, Tesla devra faire appel à d’autres firmes. Pour l’heure, aucune information officielle n’a été divulguée, mais tout laisse à penser que le constructeur américain continuera son partenariat avec Panasonic. En effet, le groupe japonais collabore avec Tesla depuis l’année 2011. Selon les bruits de couloirs, Panasonic serait prêt à investir un milliard de dollars dans ce projet de mise en place de la méga usine Tesla. Par ailleurs, Panasonic est resté vague lors de son entrevue avec l’AFP. Les responsables ont tout simplement déclaré que leur groupe travaillait sur les possibilités de souder les relations avec le constructeur américain.

source : teslamotors

Nissan et le Royaume du Bhoutan vers un projet d’envergure


La voiture électrique devient une des priorités du royaume du Bhoutan. Le Bhoutan espère ainsi exploiter au mieux sa capacité hydro-électrique importante afin de pouvoir développer la mobilité électrique dans tout le royaume.

photo: nissan-global

photo: nissan-global

Une vitrine pour le transport propre

Devenant le premier pays à exploiter au maximum le potentiel des véhicules électriques, le Royaume du Bhoutan s’est félicité de signer un partenariat avec la marque Nissan d’après les dires du premier ministre bhoutanais Tshering Tobgay. Le constructeur japonais en a d’ailleurs profité pour offrir deux Nissan Leaf au gouvernement bhoutanais lors de l’anniversaire du roi du Bhoutan.

D’après les déclarations du PDG de la marque japonaise Carlos Ghosn, cette collaboration est l’occasion pour Nissan d’avoir une vitrine qui témoignerait de la possibilité de mettre en place un réseau entier de transport zéro émission. D’un point de vue commercial, Nissan compte vendre au Bhoutan des centaines ou des milliers de son modèle électrique phare, la Nissan Leaf, dans les années à venir

Une autosuffisance énergétique et financière

Le gouvernement du Bhoutan est confiant quant à l’infrastructure électrique du pays. En effet, le territoire compte quatre usines hydro-électriques ayant la possibilité de produire la même énergie qu’un gros réacteur nucléaire, soit 1400 mégawatts. Cette importante capacité hydro-électrique permettra ainsi d’assurer les recharges des voitures électriques.

Le premier ministre Tobgay a par ailleurs souligné la ferme conviction du gouvernement bhoutanais de ne pas acheter d’énergie fossile de manière à rester indépendant financièrement et de poursuivre son développement grâce à l’autosuffisance énergétique. Le principal frein à ce projet d’envergure reste le prix des véhicules électriques, notamment en prenant en compte le PIB moyen de la population qui est en dessous de 2400 dollars.

[source]

Wireless Parking Charge, le nouveau projet de Toyota


Alors que l’ère des voitures électriques n’en est encore qu’à ses débuts, le constructeur Toyota réalise déjà des essais d’un système de rechargement des batteries grâce à une technologie sans fil.

image : marketwatch

image : marketwatch

Le géant Toyota réalisera prochainement des tests d’un nouveau dispositif de charge des batteries de voitures électriques, fonctionnant avec la technologie sans fil. Si l’heure n’est pas encore à la commercialisation, il est évident pour le constructeur que cette innovation technologique sera importante et très pratique pour les utilisateurs de voitures électriques d’ici quelques années. Afin de s’assurer de la pertinence de ces essais, Toyota a mobilisé 3 Prius électriques. Trois points seront particulièrement étudiés par le constructeur japonais : le taux d’échec de la recharge lors d’un alignement imparfait du véhicule et de la borne, la facilité d’utilisation de la borne ainsi que la satisfaction des utilisateurs.

Le principe de la recharge sans fil est très simple : une bobine est enterrée sous l’aire de chargement, tandis qu’une autre est placée dans la voiture. Le chargement se fait alors par variation du champ magnétique entre ces deux bobines. Toutefois, il est important d’évaluer les risques de perte de transmission causés par un mauvais alignement de la voiture et des deux bobines. Pour cela, Toyota a modifié l’assistance au stationnement de la Prius : le conducteur de la voiture pourra désormais regarder l’écran de l’habitacle et voir la position de la bobine. Le positionnement du véhicule en fonction de celle de la bobine sera alors plus facile. Au cours de cette période d’essais, le constructeur japonais espère recueillir le maximum d’informations pour optimiser ce nouveau système de recharge et afin que ce dernier puisse être mis sur le marché dans les années à venir.

Liens commerciaux
Voiture Electrique
Recevoir l'Actualité par email


Liens commerciaux
Page Fan
RECHERCHE