« 16K » de Bolloré, un projet reconnu à dimension nationale

Quelques mois d’attente auront suffi à Bolloré pour obtenir l’agrément des Ministères de l’Ecologie et de l’Economie pour son ambitieux projet « 16K ».


image: wikimedia

image: wikimedia

Le projet « 16K » soutenu par l’Etat

Bolloré dispose fin 2014 d’un réseau d’environ 6 000 bornes de recharge pour voiture électrique en France. L’industriel breton prévoit d’en installer pas moins de 16 000 supplémentaires d’ici 2019. Cet ambitieux projet, baptisé « 16K », se déroulera en deux phases d’installation équivalentes. Le maillage de toute la France métropolitaine est le principal objectif de ce projet. Au final, un point de recharge sera accessible en moyenne tous les 34,5 km. L’investissement consenti par le groupe s’élève à 150 millions d’euros sur 4 ans. Eu égard à cet investissement, mais aussi aux avantages certains, attendus avec ce projet « 16K », l’Etat ne s’est pas montré insensible. Les ministères de l’Ecologie et de l’Economie ont accepté la demande de l’industriel de reconnaître la « dimension nationale » de ce programme.

Une reconnaissance bénéfique pour toutes les parties

L’agrément signé par Ségolène Royal et Emmanuel Macron libère Bolloré de la charge de redevance d’occupation du domaine public pour son projet. Le groupe voit aussi d’un bon œil cette reconnaissance, pour d’autres raisons. Sachant que le manque d’infrastructures de recharge constitue depuis toujours le principal obstacle aux ventes de voitures électriques, le projet « 16K » devrait supprimer cette barrière. En attendant ces retombées – lesquelles profiteront probablement aux autres constructeurs de voitures électriques —, l’industriel breton peut se réjouir de la hausse du chiffre d’affaires de sa filiale Blue Solutions. Les revenus de l’entreprise spécialisée dans le stockage d’énergie, annoncés jeudi 12 février, s’élèvent en effet à 97,1 millions d’euros en 2014, soit le double de l’année précédente.

1 commentaire

  1. eric 15 février 2015