29 avril 1899 : retour sur le record de vitesse de la voiture électrique « Jamais contente »

Forme particulière rappelant la silhouette d’une torpille et très basse sur les roues, la « Jamais contente » se démarque encore aujourd’hui par son design et sa performance. Présente au jardin des Tuileries lors de l’Exposition internationale des automobiles, cette voiture électrique d’un tout autre genre détient le record de vitesse de plus de 100 km/h sur la route d’Archères dans les Yvelines établi le 29 avril 1899.


Jamais Contente

« La Jamais Contente », conçue pour être aussi rapide que possible

« La Jamais Contente » a été fabriqué par l’ingénieur Camille Jenatzy, très connu de la « Compagnie internationale des Transports automobiles ». Elle a été essentiellement conçue pour être une puissante voiture de course. Chaque détail de sa construction a été exclusivement réalisé de façon à optimiser toujours plus sa vitesse. Une fois sur la piste, la voiture s’est montrée à la hauteur des attentes du constructeur en battant le record du kilomètre de la voiture électrique du comte de Chasseloup-Laubat de 92 km/h et le record de vitesse des voitures à pétrole arrêté à 62 km/h.

« La Jamais Contente », de la puissance à revendre

Cette voiture électrique était équipée de 2 moteurs électriques, d’une puissance totale de 50 kilowatts et capable d’atteindre 100 chevaux sur un bref effort momentané. Pesant en tout 250 kg, chaque moteur commandait une roue arrière. Elle était également dotée d’une batterie d’accumulateurs de 650 kg. Les autres organes de « La Jamais Contente » pèsent au total 200 kg. Le poids total du véhicule en ordre de marche est donc de 1100 kg. « La Jamais Contente » profitait d’une carrosserie constituée par une association aluminium et partinium. La forme de torpille permet à la voiture de présenter le minimum de résistance possible à l’air. Le véhicule est aujourd’hui exposé au musée de la voiture de Compiègne dans l’Oise.

Source : France Pittoresque