Actualité

Meshcrafts, pour un accès simplifié aux bornes de recharge

L’accès aux bornes de recharge constitue pour l’heure l’un des freins à l’avènement des voitures électriques. Un groupe d’étudiants norvégiens part de ce constat pour donner naissance à une startup très ambitieuse baptisée Meshcrafts.

voitures electriques airbnb

Un système innovant et très prometteur

Meshcrafts est une startup norvégienne qui découle d’un projet étudiant visant à optimiser l’accès aux bornes de recharge pour les véhicules électriques et véhicules hybrides rechargeables. Il s’agit en d’autres termes de simplifier la vie des amateurs de voitures électriques, en créant un dispositif résultant de la combinaison d’un système de logiciel avec un système électronique.

En effet, ce dispositif permet en premier lieu aux adeptes de voitures électriques de localiser une borne de recharge via une application mobile, puis de recharger leur batterie sans passer par la carte d’abonnement habituelle.

En second lieu, ce système donne à tout le monde la possibilité de vendre ou d’acheter de l’électricité à travers une borne de recharge.

Meschcrafts impose alors son propre jeu dans la cour des grands, via ce système où énergéticiens, équipementiers de bornes et constructeurs automobiles trouveront leur compte.

Meshcrafts

Des transactions simples et sécurisées

Dans la pratique, le système Meschcrafts se matérialise par un dispositif constitué de quatre composants. Celui-ci garantit la sécurisation des transactions en recourant à des systèmes connus comme PayPal, ou bien le paiement par Bitcoin.

Le premier composant est une application mobile permettant de louer une borne de recharge. Le second est une plateforme sur laquelle s’effectuent les transactions. Le troisième est un boitier électronique inclus sur le point de recharge et qui permet une liaison avec la plateforme. Enfin, le quatrième est un autre boitier électronique situé dans le véhicule, permettant au dispositif d’identifier le véhicule à recharger.

Source : Bitcoinist, via Breezcar

Nosmoke, le must-have de l’été

Véhicule spécial plage, voiture d’été, bolide de plaisance… autant de qualificatifs qui se retrouvent réunis sur la Nosmoke, une voiture « propre » 100 % électrique et donc respectueuse de l’environnement.

Nosmoke

La Mini Moke ressuscitée

La Nosmoke est la version 100 % électrique de la fameuse Mini Moke, dont la fin de production date déjà de plus d’une vingtaine d’années. La firme Noun Electric qui recense une trentaine de revendeurs se charge de la distribution de ce véhicule dans l’Hexagone. La Nosmoke affiche un prix avoisinant les 15 990 euros, batterie incluse, assorti d’une garantie de 24 mois.

electrique de plage

Un véhicule spécial plage

Inscrite sous le pavillon décapotable, la Nosmoke appartient à la catégorie des quadricycles lourds. Elle offre 4 places et sa banquette arrière est rétractable, ce qui permet un gain d’espace significatif à l’arrière.

Ce bolide s’impose ainsi en un must-have de l’été en permettant de mieux profiter de ses vacances. Il investit sans souci une plage sablonneuse et s’adresse à tout conducteur titulaire d’un permis B ou B1. À noter également que la Nosmoke est proposée en divers coloris, blanc, noir, rouge, vert…

voiture electrique noun electic nosmoke

Nosmoke : caractéristiques techniques

La Nosmoke conforte son statut de véhicule d’été de par ses caractéristiques techniques. À cette voiture 100 % électrique est par exemple attribuée une vitesse de pointe de 70 km/heure, ainsi qu’une autonomie évaluée sur à peu près de 100 km. Cette performance est quant à elle à mettre sur le compte d’un moteur électrique de 10 kW.

La praticité est au rendez-vous sur ce bolide puisque sa batterie de plomb classique est compatible avec n’importe quelle prise. Il faut compter un temps de charge complet de 8 heures qui sera généralement tarifé à 1 euro.

La e-NV200 Evolia 7 places se profile à l’horizon

Moins d’un an après la sortie de la version 5 places, Nissan compte très prochainement mettre sur le marché son e-NV200 Evolia 7 places. Le constructeur japonais affiche son optimisme au vu du succès de cette première version.

Nissan e-NV200 electrique fourgonette

Nissan e-NV200 Evalia

Nissan e-NV200 Evalia 7 places

Une 100 % électrique très prometteuse

S’adressant tout particulièrement aux familles nombreuses, aux taxis, ou encore aux prestataires de services de transport VIP, cette voiture 100 % électrique 7 places signée Nissan promet une utilisation sans souci. Elle offre effectivement une autonomie de 170 km pour une consommation évaluée à 165 Wh/km. On parle aussi d’une vitesse maximale de 123 km/h et le passage de 0 à 100 km/h demande à peine 14 secondes.

Un véhicule de grande capacité

La e-NV200 Evolia 7 places se révèle aussi d’une grande capacité. Ses 4,56 m de longueur, 2,01 m de largeur et ses 1,85 m de hauteur lui permettent d’offrir 870 l sous pavillon et 440 l sous le cache rétractable.

Il est même possible d’augmenter cette capacité, en rabattant la seconde rangée de sièges sur le plancher et en repliant la troisième sur les côtés. Un volume de chargement de 2,94 m3 est ainsi obtenu, ce qui permet de charger 3 vélos non démontés.

Quelques éléments supplémentaires

Mises à part la rangée de sièges de plus et sa capacité optimale, cette version 7 places recense quelques points communs avec la version 5 places. Parmi ceux-ci figure le modèle de la batterie : un Li-ion de 192 cellules qui peut encaisser quelque 24 kWh. Celle-ci est toujours proposée à la location à partir de 112 euros, abonnement de 12 mois qui équivaut à 10 000 km.

Cette e-NV200 Evolia 7 places de Nissan est proposée par ailleurs à un tarif avoisinant les 31 510 euros hors bonus gouvernemental et batterie non-incluse.

Source : Les Numériques/Nissan/AVEM

Autolib’ : la machine est en marche

Quand Bolloré et Delanoë ont mis le projet Autolib’ sur la table, beaucoup se sont montrés sceptiques au point de traiter les deux hommes de tous les noms. À quelques mois de son quatrième anniversaire, le service connait une hausse pour le moins fulgurante.

image : tesla motors club

image : tesla motors club

Un service en plein essor

Les chiffres parlent d’eux-mêmes quant au développement accru du service Autolib’. Celui-ci enregistrant actuellement quelque 82 000 abonnés actifs, 3 300 voitures Bluecar, ainsi que 973 stations à travers 66 communes. Autolib’ marquera également d’une pierre blanche la période de début juin 2015, où le seuil des 100 000 locations hebdomadaires a été atteint.

Le temps où Autolib’ était un service exclusivement parisien est complètement révolu. En effet, le taux d’abonnés non parisiens est en passe de frôler le cap des 50 %. Au tout début de l’année 2015, le service a également compté 16 nouvelles villes adhérentes, dont Versailles, Clichy-la-Garenne, Aulnay et Argenteuil. De plus, une trentaine d’autres communes ont récemment fait leur demande d’adhésion auprès d’Autolib’.

Autolib’ projette d’étendre son réseau sur toute la métropole. Cette extension sera assortie d’un allègement de la grille tarifaire, ainsi que de créations de nouveaux services, dont un assemblage de la carte Autolib’ avec le passe Navigo.

Les principaux facteurs de développement

Marie-Pierre de la Gontrie qui se trouve à la tête du syndicat mixte Autolib’ métropole, attribue le développement du service du même nom, notamment à 4 éléments. Il y a tout d’abord le fait que l’écologie forme l’une des préoccupations majeures des Franciliens. De nombreux automobilistes tendent ainsi à immobiliser leur véhicule au profit d’une « petite voiture grise écolo ».

Parmi les facteurs de développement figurent également un taux de réabonnement évalué à 90 %, une zone de couverture optimale, ainsi que la robustesse des véhicules d’Autolib’.

Source : Le Parisien

Un nouveau moteur pour Zoé

24 mois après son lancement, la voiture électrique Zoé de Renault troque son moteur Q210 de fabrication espagnole contre un moteur R240 conçu par les ingénieurs de la marque au losange, de Cléon et du Technocentre.

Renault Zoe

Le moteur R240 en détail

Renault s’est livré à un long périple avant d’accoucher de ce moteur électrique R240. Elle a effectivement dû déposer quelque 95 brevets.

Le R240 est issu d’une conception pour le moins ingénieuse. Ce bloc électrique synchrone à rotor bobiné intègre par exemple une prise Caméléon. Chacun de ses composants a bénéficié d’une gestion électronique optimisée qui permet un rendement nettement amélioré. Le moteur est également plus compact de 10 %.

En outre, le R240 est doté d’un boîtier d’interconnexion baptisé « Power Electronic Controller » qui regroupe le chargeur Caméléon et l’électronique de puissance dans un seul et même élément. Ce mode de conception est pour beaucoup dans la réduction du temps de charge de la batterie de 10 %.

Un second souffle pour Zoé

Grâce à ce moteur électrique R240, Zoé voit son autonomie rehaussée de 30 km et passe à 240 km sur le cycle normalisé. Dans la pratique et en condition d’usage normal, cette autonomie est à ramener sur une fourchette de 120 à 160 km, une mesure qui dégage encore un gain pondéré de 20 km.

La Zoé est ainsi très recommandée pour les utilisateurs se limitant aux parcours domicile-travail, une façon pour la marque au losange d’investir davantage le marché classique. Cette visée est d’ailleurs confortée par le fait que Renault réserve le moteur Q210 pour une offre d’entrée de gamme à venir qui sera proposée selon une source sûre à un prix réduit de 500 euros.

Source : Caradisiac

Bluesummer, la petite cabriolet électrique du duo PSA-Bolloré

La Bluesummer a fait l’objet d’une vaste campagne médiatique quelques heures seulement après un communiqué de presse signé PSA et Bolloré. Elle affichera la même plateforme technique que Bluecar, son ainée issue de la marque Renault.

Bluesummer Bollore

La Bluesummer en détail

La Bluesummer est une voiture 100 % électrique dotée de quatre places assises. Son autonomie est évaluée à 200 km en cycle urbain, contre 100 km en cycle extra-urbain, sur lequel elle est à même d’afficher une vitesse de pointe de 110 km/h.

Ce cabriolet disponible seulement en couleur bleue affiche une dimension à taille humaine. Ses 3,69 m de longueur sont assortis de 1,65 m de hauteur et de 1,71 m de largeur. Son poids est de 1 285 kg. Son coffre d’une capacité de 200 m3 est extensible à 800 m3 en rabattant les sièges. Cette petite voiture électrique dispose aussi d’un système de bâche qui la recouvre en cas de besoin.

Pour s’offrir la Bluesummer, les adeptes de voiture électrique pourront se rendre sur le réseau du groupe PSA Peugeot-Citrën et débourser 17 700 euros. Ce prix étant déduit d’un bonus écologique de 6 300 euros. Il n’inclut pas la batterie qui sera proposée à la location, moyennant la somme de 79 euros par mois.

Bollore Blue Summer voiture electrique

Une voiture signée PSA & Bolloré

La Bluesummer découle d’un partenariat de taille entre Bolloré et PSA. Ces deux groupes ont annoncé dans un communiqué commun que cette voiture électrique sera montée à l’usine de La Janais, un site PSA Peugeot Citroën situé à Rennes. Le montage débutera en septembre 2015.

L’usine de La Janais annonce pouvoir construire quotidiennement 15 véhicules. En septembre 2016, on comptera ainsi 3 500 véhicules sur le marché.

La collaboration entre Bolloré et PSA ira également jusque dans le domaine de l’autopartage sur le Vieux Continent et dans le reste du monde.

Bluesummer

batteries LMP

voiture electrique cabriolet

Source : La Tribune / Brochure Bluesummer officielle en PDF ici

La Voiture électrique, un marché en plein essor

La France se met au goût du jour en enregistrant une hausse sur le marché des voitures électriques. Cette amélioration demeure toutefois morose si l’on se réfère à sa part sur le marché global des véhicules neufs.

Golf electrique

Une hausse plus que plausible

Depuis le début de l’année 2015, le marché des voitures électriques a le vent en poupe en France. On a effectivement enregistré quelque 5 696 véhicules immatriculés, soit une hausse de 75 % en comparaison avec le chiffre de la même période de l’année dernière. Le mois de mai 2015 a surtout marqué cette augmentation avec 1 067 véhicules immatriculés, soit une augmentation de 18,2 % en 1 mois.
Selon l’Avère, une association nationale qui promeut la mobilité électrique, cette hausse a toutes les chances de s’accentuer davantage au mois de juin 2015. Une forte commande due à la mise en place du superbonus étant en passe d’être immatriculée.

Classement des voitures électriques les plus prisées au mois de mai 2015 en France

Cette analyse du marché des voitures électriques a permis d’effectuer un classement des véhicules du genre qui suscitent le plus la convoitise dans l’Hexagone pour le seul mois de mai 2015. En pôle position, on retrouve la Renault Zoe qui est écoulée à 656 exemplaires. Très loin derrière elle vient la Nissan Leaf avec 135 véhicules vendus. La BMW i3 complète le podium avec seulement 71 exemplaires vendus. Puis viennent ensuite la Tesla Model S (50 unités vendues), la Bluecar de Bolloré (46), la Smart Fortwo ED (43) et la Volkswagen e-up (30).

Un marché très peu investi

La tendance n’est malheureusement pas encore aux voitures électriques en France. Malgré cette hausse significative, le marché de ce type de véhicule n’occupe pour l’heure que 0,7 % de celui de l’ensemble des véhicules neufs.
Le marché des voitures hybrides rechargeables fait quant à lui apparaître une lueur d’espoir en affichant une croissance en continu. Quelque 1 519 véhicules de ce type se sont effectivement vendus depuis le 1er janvier 2015.

Source : Autoplus

Bus électriques : la RATP veut investir massivement d’ici 2025

Lors du salon mondial du transport public qui s’est déroulé à Milan cette semaine, la nouvelle présidente de la RATP, Élisabeth Borne, a réitéré la volonté du groupe à investir massivement dans les bus électriques. Des tests sont en cours et le projet devra être réalisé d’ici dix ans.

blue bus

Les Bluebus en phase de test

Dans le cadre de l’amélioration du transport public parisien, Mme Borne dans la continuité de Pierre Mongin, ex-PDG de la RATP, soutient le projet d’équiper massivement le réseau de bus électriques à l’horizon 2025. En effet, les 97 % des 4500 bus diesel actuels devront être remplacés par 80% de bus électriques. Les 20 % restant seront réservés au biogaz.

Des tests sur les Bluebus de Bolloré ont été lancés pour estimer les besoins d’adaptation des infrastructures ainsi que des métiers, particulièrement en matière de maintenance. En attendant, la Régie s’équipera de bus hybrides pour assurer son activité.

source : http://jupiter.uqo.ca/ries2001/carnet/spip.php?article89

source : http://jupiter.uqo.ca/ries2001/carnet/spip.php?article89

Un projet ambitieux sous contraintes

En parallèle aux tests, la RATP a lancé un appel d’offres à tous les constructeurs de bus électriques. Elle exige toutefois certaines conditions. D’abord, les bus devront avoir une autonomie de 180 km. En 2025, celle-ci devra atteindre 250 km.

Ils devront par ailleurs être rechargés uniquement la nuit pour éviter la pratique du « biberonnage », ce qui requiert généralement d’énormes investissements. La RATP joue ainsi sur la concurrence afin de faire baisser les prix des constructeurs.

À l’instar de Bolloré et de PVI avec ses bus Oreos 4X, trois autres constructeurs participent aux tests. Deux firmes chinoises sont chefs de file : Yutong, le leader mondial du secteur en partenariat avec l’Alsacienne Dietrich Carebus, et Golden Dragon qui s’est associée au groupe néerlandais Ebusco. La troisième est Solaris avec ses bus Urbino qui seront testés cet automne.

Source : Le Monde

Renault reviendra bientôt au Canada avec des véhicules électriques

Après des années d’absence sur le marché canadien, Renault, le constructeur automobile français, vient de lancer les démarches pour l’homologation de son véhicule électrique Twizy sur le sol nord-américain. La Kangoo ZE s’invitera aussi prochainement dans le pays.

Renault Twizy

Un retour en force ou un test du marché ?

Cela fait déjà plus de 30 ans que Renault s’est éclipsé du paysage canadien. À l’occasion du salon de l’automobile de Québec qui s’est déroulé en mars dernier, la marque au losange en a profité pour présenter son nouveau quadricycle électrique urbain : la Twizy.

Selon la déclaration de la porte-parole du groupe, Maya Vautier, à l’AFP, il ne s’agit pas vraiment d’un retour de la marque en Amérique du Nord puisque la quantité de voitures prévues est assez faible. Renault espère toutefois pouvoir y commercialiser quelques modèles dès 2016 dans la catégorie de voiture à basse vitesse, soit inférieure à 40 km/h.

Actuellement, l’entreprise québécoise Azra dispose d’un réseau de bornes de recharge au Canada. C’est donc elle qui assurera la distribution de la Twizy.

Canada : un marché de voitures électriques prometteur

À la fin des années 1970, le losange avait connu un franc succès commercial en Amérique du Nord, notamment avec sa Renault 5. Aujourd’hui, on en parle encore selon Mme Vautier.

Par ailleurs, le Québec est connu comme l’un des plus grands producteurs d’hydro-électricité de la planète. Depuis 2013, la ville s’est engagée dans une stratégie d’électrification des transports.

Au Canada, environ 11 000 véhicules électriques y circulent actuellement dont presque la moitié rien qu’au Québec. C’est l’une des principales raisons pour laquelle le constructeur français a demandé une dérogation de conformité aux normes canadiennes pour la Kangoo ZE. Pour l’heure, Renault peut commercialiser 1000 unités de ce modèle dans le pays pendant deux ans.

Source : journaldemontreal

Une voiture 100 % électrique sur la caravane du Tour de France 2015

Pour la première fois dans son histoire, la caravane du Tour de France accueillera en son sein une voiture 100 % électrique. Cet investissement inédit est à mettre au crédit de l’entreprise Teisseire.

voiture electrique tour de france

Une première dans l’histoire de la caravane du Tour

Chaque année, depuis maintenant plus d’un siècle, la caravane du Tour de France ravit les spectateurs avec ses couleurs uniques, ses animations diverses et ses véhicules aussi atypiques les uns que les autres. Cette caravane publicitaire constitue à elle seule une des grandes attractions du Tour, pour les petits comme pour les plus grands. En 2015, ce défilé unique accueillera en son sein un porte-fanion inédit : un véhicule 100 % électrique aux couleurs de la marque Fruit Shoot de l’entreprise Teisseire. Pour sa deuxième participation à la caravane, le fabricant de sirop et de jus de fruit annonce en effet l’intégration d’une voiture entièrement électrique parmi les 5 voitures décorées aux couleurs de sa marque Fruit Shoot.

Un défi logistique et technologique

La décision de Teisseire représente un immense défi, même si la technologie du tout électrique semble arriver à une phase très avancée. La firme devrait en effet faire rouler son véhicule sur un parcours total de 3300 kilomètres, soit près de 160 km en moyenne par jour. Sachant que le tracé du Tour inclut obligatoirement des étapes dans les Pyrénées et dans les Alpes et que des bornes de recharge adaptées ne seront pas toujours disponibles sur le tracé, la logistique entourant l’utilisation de cette voiture électrique est un défi de taille. Teisseire et Welter Racing, l’entreprise en charge du développement du véhicule, se disent néanmoins prêts à y faire face. Les deux firmes travaillent sur ce projet depuis plus d’un an. Le résultat apparaît sous forme d’un véhicule à mi-chemin entre une citadine et un deux-roues, qui ne pèse que 550 kg et qui fonctionne grâce à 54 cellules de batterie lithium-ion.

Source: Autoplus