Actualité

Un nouveau moteur pour Zoé

24 mois après son lancement, la voiture électrique Zoé de Renault troque son moteur Q210 de fabrication espagnole contre un moteur R240 conçu par les ingénieurs de la marque au losange, de Cléon et du Technocentre.

Renault Zoe

Le moteur R240 en détail

Renault s’est livré à un long périple avant d’accoucher de ce moteur électrique R240. Elle a effectivement dû déposer quelque 95 brevets.

Le R240 est issu d’une conception pour le moins ingénieuse. Ce bloc électrique synchrone à rotor bobiné intègre par exemple une prise Caméléon. Chacun de ses composants a bénéficié d’une gestion électronique optimisée qui permet un rendement nettement amélioré. Le moteur est également plus compact de 10 %.

En outre, le R240 est doté d’un boîtier d’interconnexion baptisé « Power Electronic Controller » qui regroupe le chargeur Caméléon et l’électronique de puissance dans un seul et même élément. Ce mode de conception est pour beaucoup dans la réduction du temps de charge de la batterie de 10 %.

Un second souffle pour Zoé

Grâce à ce moteur électrique R240, Zoé voit son autonomie rehaussée de 30 km et passe à 240 km sur le cycle normalisé. Dans la pratique et en condition d’usage normal, cette autonomie est à ramener sur une fourchette de 120 à 160 km, une mesure qui dégage encore un gain pondéré de 20 km.

La Zoé est ainsi très recommandée pour les utilisateurs se limitant aux parcours domicile-travail, une façon pour la marque au losange d’investir davantage le marché classique. Cette visée est d’ailleurs confortée par le fait que Renault réserve le moteur Q210 pour une offre d’entrée de gamme à venir qui sera proposée selon une source sûre à un prix réduit de 500 euros.

Source : Caradisiac

Bluesummer, la petite cabriolet électrique du duo PSA-Bolloré

La Bluesummer a fait l’objet d’une vaste campagne médiatique quelques heures seulement après un communiqué de presse signé PSA et Bolloré. Elle affichera la même plateforme technique que Bluecar, son ainée issue de la marque Renault.

Bluesummer Bollore

La Bluesummer en détail

La Bluesummer est une voiture 100 % électrique dotée de quatre places assises. Son autonomie est évaluée à 200 km en cycle urbain, contre 100 km en cycle extra-urbain, sur lequel elle est à même d’afficher une vitesse de pointe de 110 km/h.

Ce cabriolet disponible seulement en couleur bleue affiche une dimension à taille humaine. Ses 3,69 m de longueur sont assortis de 1,65 m de hauteur et de 1,71 m de largeur. Son poids est de 1 285 kg. Son coffre d’une capacité de 200 m3 est extensible à 800 m3 en rabattant les sièges. Cette petite voiture électrique dispose aussi d’un système de bâche qui la recouvre en cas de besoin.

Pour s’offrir la Bluesummer, les adeptes de voiture électrique pourront se rendre sur le réseau du groupe PSA Peugeot-Citrën et débourser 17 700 euros. Ce prix étant déduit d’un bonus écologique de 6 300 euros. Il n’inclut pas la batterie qui sera proposée à la location, moyennant la somme de 79 euros par mois.

Bollore Blue Summer voiture electrique

Une voiture signée PSA & Bolloré

La Bluesummer découle d’un partenariat de taille entre Bolloré et PSA. Ces deux groupes ont annoncé dans un communiqué commun que cette voiture électrique sera montée à l’usine de La Janais, un site PSA Peugeot Citroën situé à Rennes. Le montage débutera en septembre 2015.

L’usine de La Janais annonce pouvoir construire quotidiennement 15 véhicules. En septembre 2016, on comptera ainsi 3 500 véhicules sur le marché.

La collaboration entre Bolloré et PSA ira également jusque dans le domaine de l’autopartage sur le Vieux Continent et dans le reste du monde.

Bluesummer

batteries LMP

voiture electrique cabriolet

Source : La Tribune / Brochure Bluesummer officielle en PDF ici

La Voiture électrique, un marché en plein essor

La France se met au goût du jour en enregistrant une hausse sur le marché des voitures électriques. Cette amélioration demeure toutefois morose si l’on se réfère à sa part sur le marché global des véhicules neufs.

Golf electrique

Une hausse plus que plausible

Depuis le début de l’année 2015, le marché des voitures électriques a le vent en poupe en France. On a effectivement enregistré quelque 5 696 véhicules immatriculés, soit une hausse de 75 % en comparaison avec le chiffre de la même période de l’année dernière. Le mois de mai 2015 a surtout marqué cette augmentation avec 1 067 véhicules immatriculés, soit une augmentation de 18,2 % en 1 mois.
Selon l’Avère, une association nationale qui promeut la mobilité électrique, cette hausse a toutes les chances de s’accentuer davantage au mois de juin 2015. Une forte commande due à la mise en place du superbonus étant en passe d’être immatriculée.

Classement des voitures électriques les plus prisées au mois de mai 2015 en France

Cette analyse du marché des voitures électriques a permis d’effectuer un classement des véhicules du genre qui suscitent le plus la convoitise dans l’Hexagone pour le seul mois de mai 2015. En pôle position, on retrouve la Renault Zoe qui est écoulée à 656 exemplaires. Très loin derrière elle vient la Nissan Leaf avec 135 véhicules vendus. La BMW i3 complète le podium avec seulement 71 exemplaires vendus. Puis viennent ensuite la Tesla Model S (50 unités vendues), la Bluecar de Bolloré (46), la Smart Fortwo ED (43) et la Volkswagen e-up (30).

Un marché très peu investi

La tendance n’est malheureusement pas encore aux voitures électriques en France. Malgré cette hausse significative, le marché de ce type de véhicule n’occupe pour l’heure que 0,7 % de celui de l’ensemble des véhicules neufs.
Le marché des voitures hybrides rechargeables fait quant à lui apparaître une lueur d’espoir en affichant une croissance en continu. Quelque 1 519 véhicules de ce type se sont effectivement vendus depuis le 1er janvier 2015.

Source : Autoplus

Bus électriques : la RATP veut investir massivement d’ici 2025

Lors du salon mondial du transport public qui s’est déroulé à Milan cette semaine, la nouvelle présidente de la RATP, Élisabeth Borne, a réitéré la volonté du groupe à investir massivement dans les bus électriques. Des tests sont en cours et le projet devra être réalisé d’ici dix ans.

blue bus

Les Bluebus en phase de test

Dans le cadre de l’amélioration du transport public parisien, Mme Borne dans la continuité de Pierre Mongin, ex-PDG de la RATP, soutient le projet d’équiper massivement le réseau de bus électriques à l’horizon 2025. En effet, les 97 % des 4500 bus diesel actuels devront être remplacés par 80% de bus électriques. Les 20 % restant seront réservés au biogaz.

Des tests sur les Bluebus de Bolloré ont été lancés pour estimer les besoins d’adaptation des infrastructures ainsi que des métiers, particulièrement en matière de maintenance. En attendant, la Régie s’équipera de bus hybrides pour assurer son activité.

source : http://jupiter.uqo.ca/ries2001/carnet/spip.php?article89

source : http://jupiter.uqo.ca/ries2001/carnet/spip.php?article89

Un projet ambitieux sous contraintes

En parallèle aux tests, la RATP a lancé un appel d’offres à tous les constructeurs de bus électriques. Elle exige toutefois certaines conditions. D’abord, les bus devront avoir une autonomie de 180 km. En 2025, celle-ci devra atteindre 250 km.

Ils devront par ailleurs être rechargés uniquement la nuit pour éviter la pratique du « biberonnage », ce qui requiert généralement d’énormes investissements. La RATP joue ainsi sur la concurrence afin de faire baisser les prix des constructeurs.

À l’instar de Bolloré et de PVI avec ses bus Oreos 4X, trois autres constructeurs participent aux tests. Deux firmes chinoises sont chefs de file : Yutong, le leader mondial du secteur en partenariat avec l’Alsacienne Dietrich Carebus, et Golden Dragon qui s’est associée au groupe néerlandais Ebusco. La troisième est Solaris avec ses bus Urbino qui seront testés cet automne.

Source : Le Monde

Renault reviendra bientôt au Canada avec des véhicules électriques

Après des années d’absence sur le marché canadien, Renault, le constructeur automobile français, vient de lancer les démarches pour l’homologation de son véhicule électrique Twizy sur le sol nord-américain. La Kangoo ZE s’invitera aussi prochainement dans le pays.

Renault Twizy

Un retour en force ou un test du marché ?

Cela fait déjà plus de 30 ans que Renault s’est éclipsé du paysage canadien. À l’occasion du salon de l’automobile de Québec qui s’est déroulé en mars dernier, la marque au losange en a profité pour présenter son nouveau quadricycle électrique urbain : la Twizy.

Selon la déclaration de la porte-parole du groupe, Maya Vautier, à l’AFP, il ne s’agit pas vraiment d’un retour de la marque en Amérique du Nord puisque la quantité de voitures prévues est assez faible. Renault espère toutefois pouvoir y commercialiser quelques modèles dès 2016 dans la catégorie de voiture à basse vitesse, soit inférieure à 40 km/h.

Actuellement, l’entreprise québécoise Azra dispose d’un réseau de bornes de recharge au Canada. C’est donc elle qui assurera la distribution de la Twizy.

Canada : un marché de voitures électriques prometteur

À la fin des années 1970, le losange avait connu un franc succès commercial en Amérique du Nord, notamment avec sa Renault 5. Aujourd’hui, on en parle encore selon Mme Vautier.

Par ailleurs, le Québec est connu comme l’un des plus grands producteurs d’hydro-électricité de la planète. Depuis 2013, la ville s’est engagée dans une stratégie d’électrification des transports.

Au Canada, environ 11 000 véhicules électriques y circulent actuellement dont presque la moitié rien qu’au Québec. C’est l’une des principales raisons pour laquelle le constructeur français a demandé une dérogation de conformité aux normes canadiennes pour la Kangoo ZE. Pour l’heure, Renault peut commercialiser 1000 unités de ce modèle dans le pays pendant deux ans.

Source : journaldemontreal

Une voiture 100 % électrique sur la caravane du Tour de France 2015

Pour la première fois dans son histoire, la caravane du Tour de France accueillera en son sein une voiture 100 % électrique. Cet investissement inédit est à mettre au crédit de l’entreprise Teisseire.

voiture electrique tour de france

Une première dans l’histoire de la caravane du Tour

Chaque année, depuis maintenant plus d’un siècle, la caravane du Tour de France ravit les spectateurs avec ses couleurs uniques, ses animations diverses et ses véhicules aussi atypiques les uns que les autres. Cette caravane publicitaire constitue à elle seule une des grandes attractions du Tour, pour les petits comme pour les plus grands. En 2015, ce défilé unique accueillera en son sein un porte-fanion inédit : un véhicule 100 % électrique aux couleurs de la marque Fruit Shoot de l’entreprise Teisseire. Pour sa deuxième participation à la caravane, le fabricant de sirop et de jus de fruit annonce en effet l’intégration d’une voiture entièrement électrique parmi les 5 voitures décorées aux couleurs de sa marque Fruit Shoot.

Un défi logistique et technologique

La décision de Teisseire représente un immense défi, même si la technologie du tout électrique semble arriver à une phase très avancée. La firme devrait en effet faire rouler son véhicule sur un parcours total de 3300 kilomètres, soit près de 160 km en moyenne par jour. Sachant que le tracé du Tour inclut obligatoirement des étapes dans les Pyrénées et dans les Alpes et que des bornes de recharge adaptées ne seront pas toujours disponibles sur le tracé, la logistique entourant l’utilisation de cette voiture électrique est un défi de taille. Teisseire et Welter Racing, l’entreprise en charge du développement du véhicule, se disent néanmoins prêts à y faire face. Les deux firmes travaillent sur ce projet depuis plus d’un an. Le résultat apparaît sous forme d’un véhicule à mi-chemin entre une citadine et un deux-roues, qui ne pèse que 550 kg et qui fonctionne grâce à 54 cellules de batterie lithium-ion.

Source: Autoplus

Bientôt un tarif préférentiel sur les autoroutes pour les voitures électriques ?

Évoquée en 2012, l’idée d’appliquer un tarif de péage préférentiel pour les voitures « à très faibles émissions » sur les autoroutes françaises prend forme. Si cette mesure entre en vigueur, les propriétaires de voitures 100 % électriques en sont les principaux bénéficiaires.

Renault Zoe

Un tarif préférentiel pour les voitures 100 % électriques ?

Lors de l’examen en seconde lecture du projet de loi sur la transition énergétique, les députés ont validé certains amendements, appelés à introduire des nouveautés sur le marché des voitures électriques et hybrides. L’amendement 1000 prévoit notamment l’abandon de l’appellation « voiture propre » des véhicules 100 % électriques, au profit de l’expression « véhicule à très faibles émissions ». Les cars hybrides sont de leur côté appelés « véhicules à faibles émissions ».

L’une des mesures phares du projet de loi sur la transition énergétique se trouve toutefois ailleurs, plus précisément dans l’amendement 997. Ce texte oblige en effet les concessionnaires et gestionnaires d’autoroutes à appliquer des tarifs préférentiels de péage aux « véhicules à très faibles émissions » – soit les voitures 100 % électriques. Les voitures utilisées dans le cadre du covoiturage devraient également bénéficier d’une grille tarifaire propre, selon cet amendement.

Des détails à préciser ultérieurement

A en juger par le vote de l’amendement 997, les députés semblent donner leur accord pour instaurer le tarif préférentiel évoqué pour la première fois par Arnaud Montebourg en 2012. Le texte voté en seconde lecture manque toutefois de précision. Aucune précision n’a été faite sur le calendrier de mise en œuvre de la mesure, ni sur les moyens utilisés pour distinguer les voitures à très faibles émissions. Le texte ne précise pas non plus si ce tarif préférentiel a un lien quelconque avec l’installation de 200 bornes de recharge rapide sur les autoroutes françaises dès 2015.

Source : Breezcar

L’alliance Renault-Nissan fournira 200 voitures électriques au COP21

Le groupe Renault-Nissan annonce avoir signé un accord de partenariat lui demandant de fournir pas moins de 200 voitures électriques comme véhicules de transport de la conférence COP21.

Renault Nissan

Renault-Nissan, partenaire important du COP21

Du 30 novembre au 11 décembre prochain, les Nations unies organisent à Paris le 21è sommet annuel sur le changement climatique et le climat, l’un des principaux rendez-vous internationaux articulés autour de l’environnement. A l’occasion de cette conférence, l’alliance Renault-Nissan sera en première ligne pour fournir aux participants leur véhicule de transport. Tel est le contenu de l’accord de partenariat signé entre le duo franco-japonais et les organisateurs du COP21.

Les véhicules fournis par l’alliance ne seront pas toutefois n’importe quel modèle de l’une des deux marques : toutes les voitures utilisées à l’occasion de ce sommet fonctionneront avec une propulsion entièrement électrique. l’alliance franco-japonaise signe ainsi un grand coup médiatique, ce rendez-vous annuel étant une vitrine idéale pour exposer aux yeux du monde entier le savoir-faire de Renault et Nissan en matière de technologie zéro émission.

200 voitures électriques et 50 bornes de recharge supplémentaires

L’accord prévoit concrètement la fourniture de 200 véhicules électriques pour les participants à la conférence. Ces voitures assureront le service de navettes entre les hôtels où séjournent les participants et le lieu de la conférence, en complément des transports publics. Renault fournira une partie non négligeable de la flotte, avec ses trois modèles 100 % électriques Fluence Z.E, Kango Z.E et Zoé. Nissan s’engage pour sa part à doter la flotte de ses monospaces e-NV200 et de sa célèbre Leaf. Ces voitures seront disponibles 24 h/24 et 7j/7 tout au long de la conférence. L’accord prévoit déjà l’aménagement de 50 bornes de recharges supplémentaires dans les rues de Paris pour appuyer l’activité de cette flotte.

Sources : Auto Journal

 

La Google Car, autonome et électrique, autorisée à rouler en Californie

Attendue depuis plusieurs mois, l’autorisation de l’État de Californie pour faire rouler la voiture électrique autonome de Google arrive enfin. La firme prévoit déjà de procéder aux premiers tests en ville dès cet été.

Google Car electrique

La Californie donne le feu vert aux tests de la Google Car

Il y a déjà un an, Google a présenté le premier prototype de son véhicule autonome à propulsion 100 % électrique, une idée toute droit inspirée des films de science fiction. Sauf que cette supposée fiction sur 4 roues s’apprête désormais à fouler pour de vrai les rues des villes californiennes. La firme de Mountain View vient en effet de confirmer l’obtention du feu vert des autorités du « Golden State » pour y faire rouler ses propres prototypes de voitures autonomes. La firme bénéficie déjà de l’accord des autorités de Californie depuis un an, mais seulement sur les modèles Lexus et Toyota modifiés par ses ingénieurs.

Autonomie et sécurité comme maître mots

Cette fois, Google pourrait tester en conditions réelles les comportements de son prototype. Il s’agit d’une citadine deux places sans pilote adoptant les lignes et les formes d’une coccinelle, fonctionnant exclusivement avec une propulsion électrique. Même autonome, cette voiture est conçue pour permettre au passager à la place du conducteur d’en reprendre rapidement les commandes, en cas de problèmes.

Les premiers tests sur routes de Californie sont programmés cet été et ont pour objectif d’étudier la capacité du véhicule à éviter les obstacles, comme les déviations, les traversées de piétons, les ralentissements et l’interaction avec les autres conducteurs. Pour des raisons de sécurité, la vitesse de la voiture durant ces essais est limitée à 40 km/h. La firme américaine espère exploiter rapidement ces données pour pouvoir livrer son premier véhicule autonome de série d’ici 2020.

Source : Futura Sciences

Les voitures Tesla font leur entrée sur le marché de l’occasion avec un store dédié

Tesla va désormais proposer des voitures d’occasion à ses clients. Une rubrique affichant des véhicules de deuxième main vient de faire son apparition sur le site du constructeur.

tesla occasion usage

Se tourner vers l’occasion pour bénéficier de tarifs réduits

Le prix des voitures électriques reste aujourd’hui le principal obstacle à la démocratisation de ces véhicules. Tesla, constructeur californien connu pour son modèle de voiture 100 % électrique, semble avoir trouvé une solution partielle au problème. Il vient de lancer une rubrique occasion sur son site. Le but : proposer aux clients des voitures ayant déjà roulé, avec quelques années d’existence et plusieurs milliers de kilomètres au compteur, mais proposées à des tarifs beaucoup plus bas (même si c’est encore loin d’être pour toutes les bourses…). Certaines Tesla neuves vendues par exemple à plus de 100 000 euros seront accessibles à moins de 70 000 euros en occasion.

Quatre ans de garantie pour les modèles d’occasion

En inaugurant un marché de l’occasion pour sa berline 100 % électrique, Tesla souhaite rendre sa voiture plus accessible. On trouve par exemple une P85 de 2012 ayant 35 000 kilomètres au compteur à 59 965 euros sur le site. Quel que soit le véhicule choisi, le constructeur propose cependant toujours une garantie de quatre ans ou 80 000 kilomètres. Le futur acheteur est ainsi assuré de bénéficier de la qualité Tesla même sur une voiture de deuxième main. Les voitures d’occasion sur le site sont proposées par ville, modèle et couleur. Elles ne sont pour l’instant disponibles que sur le marché américain, mais des Tesla d’occasion devraient bientôt être proposées en Europe.

A découvrir sur teslamotors.com/models/preowned



{link-v-xlrg-1}