Actualité

Renault a produit son premier moteur électrique

Renault vient de présenter le premier moteur qu’il a entièrement conçu. Fabriqué en France à Cléon, ce nouveau moteur ne nécessitera plus l’aide de sous-traitants.

Renault Zoe

Le groupe Renault persiste et signe, car il croit en l’avenir de la mobilité propre, et ce, bien que les ventes ne soient pas encore à la hauteur des espérances. C’est au Technocentre de Guyancourt, où le groupe mène ses recherches en région parisienne, que le nouveau moteur électrique conçu entièrement par Renault a été présenté le 11 décembre dernier. En effet, il faut savoir que le groupe français faisant jusqu’ici appel à des sous-traitants pour équiper les différents modèles électriques Renault sur le marché, à savoir la Zoe, la Fluence, la Twizzy et la Kangoo. En parallèle au lancement de ces véhicules sur le marché, Renault a continué ses recherches afin d’affiner sa technologie et maîtriser en interne les différents rouages des moteurs 100 % électriques.

D’après un ingénieur de Technocentre Renault, Édouard Valenciennes, il est d’une importance capitale pour Renault d’acquérir ce savoir-faire afin de pouvoir maîtriser entièrement les coûts de production des voitures électriques du groupe. En ce qui concerne ce nouveau moteur, il développe la même puissance que celui installé sur la Renault Zoe. Toutefois, sa taille est 10 % plus petite. Renault a d’ailleurs dû enregistrer pas moins de 95 brevets lors de sa conception. Grâce aux performances améliorées du nouveau moteur, les véhicules électriques Renault devraient logiquement bénéficier d’une autonomie plus importante, surtout avec des batteries plus grandes, notamment pour la Zoe. D’ailleurs, le temps de charge des batteries de ce nouveau moteur sera réduit, même si cela se fait sur une prise électrique domestique.

source

Bolloré veut installer 16 000 bornes de recharge pour voitures électriques

Avec son plan de construction de 16 000 bornes de recharge, le groupe Bolloré entend donner un sérieux coup de pouce au marché des voitures électriques.

bollore recharges

Le groupe Bolloré a été clair : l’investissement dans les voitures électriques est incontournable aujourd’hui, car l’air perd de sa qualité chaque jour dans les villes. D’ailleurs, Autolib constitue une preuve irréfutable que la voiture électrique est une solution, à en croire le PDG du groupe Vincent Bolloré. Il ajoute également que le marché des véhicules électriques souffre d’un creux au niveau des ventes, car personne ne souhaite investir dans un véhicule sans avoir la garantie de pouvoir le recharger partout où il se déplace. Pour rappel, le marché des voitures électriques affiche un score de 9000 unités vendues au cours de l’année 2014.

Avec la mise en place des 16 000 points de recharge publics sur tout le territoire français, le groupe Bolloré entend apporter une véritable solution aux utilisateurs de véhicules électriques, et encourager ceux qui hésitaient encore en raison d’inquiétudes sur l’autonomie et l’inexistence de bornes de recharge. L’idée est de proposer aux Français d’acheter des voitures électriques en leur garantissant qu’il sera possible de recharger leur voiture dans toutes les villes de France. De plus, l’utilisation de ces bornes de recharge se fera à des tarifs intéressants, car il ne faudra qu’un euro environ pour refaire le plein de batteries. Actuellement, le ministère de l’Écologie et le ministère des Finances se penchent encore sur le dossier afin de définir si le projet sera affranchi d’une taxe d’occupation du domaine public ou non.

source

Voitures électriques : Audi ne manque pas d’ambitions

Le constructeur allemand Audi veut revenir sur le devant de la scène, et préparer un modèle totalement électrique. Ambitieux, le projet pourrait révolutionner le marché de la mobilité électrique. En tout cas, Tesla est dans la ligne de mire.

prototype audi Q8

prototype audi Q8

Audi veut revenir au-devant de la scène internationale

Alors que presque tous les constructeurs automobiles s’étaient rués sur leur propre projet de voiture électrique, Audi est quelque peu restée en retrait. Mais lors du Los Angeles Auto Show, le chef du département technique de la marque allemande a lui-même annoncé qu’Audi se penche actuellement sur le développement d’une voiture totalement électrique. Une nouvelle qui émoustille les partisans de la mobilité électrique.

Un défi de taille

Le plus important dans cette déclaration d’Ulrich Hackenberg est l’envergure du projet d’Audi. En effet, il s’agirait d’une voiture totalement électrique offrant une autonomie de 450 kilomètres. Si le manque évident de bornes de recharges constitue le plus grand frein des consommateurs désireux d’acheter un véhicule électrique, Audi promet une solution toute faite. Toutefois, M. Hackenberg n’a pas donné plus de détails sur cette nouvelle voiture électrique en cours de développement.

Un renouveau pour la R8 e-tron

Développer cette voiture représente également une occasion pour Audi de redorer son blason après l’avortement de son projet avec la R8 e-tron en 2012. À titre de rappel, ce modèle était également équipé d’une motorisation 100 % électrique et devait offrir une autonomie de 400 kilomètres au moins. Serait-ce alors la renaissance de la R8 e-tron ou la naissance d’un tout autre véhicule ? Sans donner plus de détails, M. Hackenberg a évoqué que la nouvelle voiture serait une 5 places et qu’elle serait prête à être commercialisée dès 2017.

La mobilité électrique peine à percer en France

En France, les voitures électriques n’ont pas encore convaincu. C’est la raison pour laquelle le site Les Échos a réalisé une étude sur ce marché très serré, notamment concernant les détails des ventes.

Renault Zoe

Depuis le début de l’année 2014, ce sont 8001 voitures électriques qui ont été vendues, toutes marques confondues. Par rapport à 2013, ce chiffre est donc en hausse de 8,5 %, ce qui est encourageant à priori. Toutefois, il faut tenir compte du fait que les voitures électriques ne représentent actuellement que 0,67 % du marché automobile global en France.

En ce qui concerne les clients des voitures électriques, les concessionnaires automobiles se retrouvent sans surprises à la tête du classement. Ils achètent des voitures électriques afin de pouvoir les faire essayer à leurs clients. Cette politique a été adoptée par les constructeurs souhaitant faire découvrir les modèles électriques au grand public. Ce sont alors 2300 véhicules électriques qui ont été achetés par les concessionnaires en 2014, soit un tiers des ventes. Viennent ensuite les ventes aux particuliers, qui ont atteint 2365 unités.

Derrière se retrouvent les entreprises souhaitant s’engager davantage dans la mobilité électrique, et qui acquièrent des véhicules électriques afin d’étoffer leur parc automobile avec 2000 unités vendues environ. Les services d’autopartage quant à eux ne rencontrent pas encore beaucoup de succès, avec 1000 ventes exclusivement réalisées par Bolloré avec la Blue Car.

Du côté des constructeurs, le groupe Renault-Nissan se retrouve en tête des ventes en France, avec Renault qui s’accapare 51,7 % du marché et 17,3 % pour Nissan, Bolloré se retrouvant en troisième place avec 12,6 % du marché. Quant aux autres constructeurs, ils ne détiennent chacun pas plus de 5 % du marché.

Source: caradisiac

Voitures électriques et hybrides : encore des efforts à fournir !

Handicapées par un manque d’autonomie et de bornes de recharge, les voitures électriques peinent à convaincre, du moins pas autant que les modèles hybrides.

Yaris Hybride

Les hybrides dépassent les électriques

Il est important de savoir différencier les véhicules électriques des voitures hybrides. Si les voitures hybrides ont connu un développement plus rapide que celles fonctionnant à 100 % à l’électricité, c’est parce qu’elles n’ont pas connu les aléas divers en rapport au manque d’autonomie et à la recharge des batteries. En effet, le temps de chargement trop long des batteries représente un frein majeur pour les consommateurs. Le développement des véhicules électriques ne sera donc pas effectif tant que des solutions n’auront pas été apportées sur ce point.

Mobilité propre : encore très loin des objectifs fixés

L’étude de Xerfi démontre également que l’ère de la mobilité propre n’en est même pas encore à ses balbutiements. Les véhicules électriques et hybrides à eux deux ne représentent aujourd’hui que 2,5 % des ventes de voitures légères. Ce chiffre devrait atteindre la barre des 8% en 2020, mais avec une plus grande part de modèles à motorisation hybride.

Les constructeurs français en pleines recherches

Côté français, une perte de vitesse est à prévoir dans les années à venir. Il se peut que Renault quitte le top 10 mondial des constructeurs de véhicules électriques, tandis que PSA s’est résigné à abandonner le développement de l’hybride-diesel, technologie qui a connu un flop important. Pour pouvoir revenir sur le devant de la scène internationale sur le marché des véhicules propres, les deux constructeurs ont affirmé vouloir rectifier le tir en investissant dans la technologie de l’hybride-essence, mais les premiers modèles ne seront pas mis sur le marché avant 2018.

Source : Le Point

Nissan propose un superbonus de 10 000 euros dès cette année

Si l’application d’une augmentation du superbonus est prévue par le ministère de l’Économie à destination des acquéreurs de véhicules électriques en France, c’est Nissan qui prend les devants et se lance en éclaireur.

nissan leaf

Dans le cadre d’une politique de promotion de la mobilité propre en France, le ministère de l’Économie a prévu une hausse du bonus de mise à la casse octroyé aux acheteurs de véhicules électriques qui envoient à la casse un véhicule diesel de plus de 13 ans. Ainsi, cette prime passerait de 6300 euros à 10 000 euros à partir de 2015. Mais Nissan estime cette date trop éloignée à son goût et a décidé de faire bénéficier ses clients d’un superbonus à sa manière. En effet, le président de Nissan dans la zone Europe de l’ouest, Bernard Loire, a affirmé que la firme projette de rendre ce bonus plus large et plus simple.

Dès maintenant et ce, jusqu’au 31 décembre, tout acheteur d’une Nissan électrique qui mettrait une voiture diesel à la casse se verrait bénéficier d’une remise de 10 000 euros. Mieux encore, les véhicules de 10 ans sont inclus dans cette remise à la casse, alors que l’état a annoncé 13 ans de son côté. Concrètement, cette réduction est composée de 2200 euros de reprise des véhicules usés, 6300 euros de bonus écologique, ainsi que 1500 de remise offerte par Nissan.

Ainsi, le véhicule utilitaire NV200 serait proposé à 20 870 euros en version Evalia contre 10 610 euros en version fourgon. Par ailleurs, la Nissan Leaf serait accessible à 14 390 euros. Logiquement, ce superbonus devrait impacter sur la volonté des Français à acheter un véhicule propre. À terme, Nissan vise à mettre en place un parc automobile électrique suffisamment important pour permettre des investissements en bornes de recharge.

source : generation nt

IES Synergy signe avec WANMA et confirme son engagement en Chine

Une nouvelle alliance vient agrémenter le marché des infrastructures de charge pour voitures électriques : celle du géant chinois WANMA et de la française IES SYNERGY qui est spécialisé dans les bornes de recharge.

IES Synergy

IES Synergy s’allie au géant chinois WANMA

Un nouveau contrat commercial a été signé entre IES Synergy et WANMA dans le cadre d’un plan de développement des infrastructures de charge ultracompactes et ultrarapides destinées aux voitures électriques. Avec cette signature, IES Synergy va désormais profiter du réseau commercial de WANMA, l’un des piliers des infrastructures d’énergies renouvelables, de télécoms et de transport en Chine. À en croire les responsables de chez IES, ce partenariat est un grand pas en avant dans la mesure où la firme a trouvé un partenaire important dans l’un des pays où le marché de la mobilité propre est l’un des plus porteurs de la planète.

ies

Un partenariat gagnant-gagnant prometteur

La firme de Montpellier continue donc à asseoir sa présence en Chine, après qu’elle y ait créé une filiale en début d’année 2014. Dans le cadre de ce partenariat, IES Synergy confirme sa volonté de se développer à l’échelle internationale, tout en proposant des offres compétitives et innovantes. Les infrastructures de charge prévues par cette alliance WANMA/IES Synergy sont conçues pour répondre aux besoins des Chinois : des bornes de charge performantes, rapides et polyvalentes. Alors que le gouvernement s’est engagé dans des objectifs stricts de réduction de GES, l’entreprise française entend s’allier à WANMA pour mettre en place des solutions innovantes, rapides et efficaces pour que ces objectifs soient atteignables à terme. Pour sceller cette entente, les deux firmes préparent déjà l’instauration d’une joint venture pour les premiers mois de 2015.

source : ies

Les immatriculations de voitures électriques en hausse

Pour la première fois, les ventes de véhicules propres dans l’Hexagone ont atteint la barre de 1 %, passant au-delà du seuil historique enregistré en septembre 2013.

Avec 644 immatriculations, les ventes de véhicules électriques neufs en France avaient atteint les 0,45 % des ventes globales en France au mois de septembre 2013. Douze mois plus tard, ce chiffre a enregistré un nouveau record avec 1544 immatriculations, établissant un nouveau seuil historique de 1 % des ventes de véhicules neufs sur le territoire français.

Sans surprise, les 4/5 de ce marché des voitures électriques en France sont détenus par l’alliance Renault-Nissan. La Renault Zoé est en tête de liste avec 914 immatriculations soit un peu plus de 60 % des immatriculations totales de véhicules propres en France. Ce résultat flatteur n’est pas étranger à la campagne de publicité qui propose l’offre pack wallbox, câbles et installation comprise.

Renault Zoe

Derrière la Zoe se retrouve la Nissan Leaf qui enregistre un score de 297 immatriculations, soit 68% de mieux que l’année dernière. La troisième place de ce classement est occupée par la Bolloré Bluecar avec 136 immatriculations. Le top 5 est alors clos par la Smart ForTwo Electric Drive et la Volkswagen e-Up. Viennent ensuite la e-Golf qui est talonnée de près par la Tesla Model S, une voiture pourtant proposée à 59 000 euros. La BMW i3 quant à elle s’est vendue à 16 unités au cours de cette année.

Les observateurs s’accordent à penser que ces ventes vont continuer à s’orienter vers la hausse, notamment en raison du bonus de 6300 euros qui se maintient en 2015 ainsi que la prime à la casse qui est de 3700 euros.

source : caradisiac

Voiture électrique : l’État accordera un superbonus de 10 000 € à la mi-2015

Lors de l’ouverture officielle du Mondial de l’Automobile de Paris, les ministres de l’Économie et de l’Écologie, Emmanuel Macron et Ségolène Royal, ont confirmé l’attribution d’un superbonus de 10 000 € dès juin 2015 à ceux qui achèteront des voitures 100% électriques.

zoe et leaf

3700 € de bonus supplémentaire sur les voitures écologiques

Dans le souci de protéger l’environnement, le gouvernement a décidé d’encourager la production et la vente de voitures écologiques en allouant un bonus supplémentaire sur tout achat de voitures 100 % électriques. Emmanuel Macron et Ségolène Royal ont officiellement déclaré l’octroi d’une nouvelle aide financière d’un montant de 3700 € sur les voitures électriques neuves dès mi-2015. En y ajoutant l’ancien bonus écologique de 6300 €, qui est toujours maintenu, les consommateurs auront ainsi droit à une réduction de 10 000 € sur leur nouvelle acquisition de véhicules propres.

Une prime supplémentaire de 2500 € sur les voitures hybrides

Les amateurs de voitures hybrides rechargeables surferont eux aussi sur cette vague de récompenses. Un bonus supplémentaire de 2500 € viendra s’ajouter aux 4000 € déjà accordés pour l’achat de ces voitures écolo.

Les conditions d’éligibilité

Bien évidemment, ces superbonus ne sont pas alloués à tous les acheteurs de voitures électriques et hybrides. Le gouvernement mettra prochainement en place un décret précisant tous les critères nécessaires pour bénéficier de ces aides financières. Mais à priori, les acheteurs devront remplir deux conditions essentielles. D’abord, ils devront mettre à la casse leur véhicule diesel vieux de plus de 13 ans. Ensuite, ils devront résider dans des zones urbaines luttant contre la pollution, autrement dit des zones couvertes par le PPA ou Plan de Protection de l’Atmosphère qui correspondraient à environ 48 % de la population française. Pour favoriser les ventes de véhicules électriques, l’État prévoit l’installation de 16000 nouvelles bornes de recharge en France d’ici 2019.

Le barême du bonus-malus écologique illustré :

source : lefigaro

source : lefigaro

source : reuters

 

Mia Génération rachète Mia Electric

On prend les mêmes et on recommence. En effet, Mia Génération vient de payer 1,35 millions de dollars pour le rachat des brevets, l’outil de production ainsi que la marque. Objectif avoué : relancer la production dès la deuxième moitié de 2015.

mia electric

Mia Electric change de main…

Mia Génération est un consortium qui rassemble la holding Fulmen, le coréen Kokam, ainsi que le fonds d’investissement Focus. Cet ensemble vient tout juste de racheter la marque Mia Electric ainsi que ses brevets et son outil de production pour la somme de 1,35 million d’euros. Pour rappel, la personne qui préside ce consortium n’est autre que Michèle Boos, celle qui fut à la tête de Mia Electric autrefois.

Et de siège social

Mia Génération ne cache pas ses ambitions : elle compte bien remettre la production de voitures électriques sur les rails d’ici la deuxième moitié de 2015. La fabrication des voitures ne se fera toutefois pas au niveau du siège historique de la marque à Cerizay, mais en Vendée où se trouve le nouveau siège social.

Une politique commerciale inchangée

Peu de détails filtrent sur la stratégie de Mia Génération en ce qui concerne la commercialisation des voitures électriques de la marque, mais une chose est sure : les prix pratiqués resteront toujours sous la barre symbolique des 10000 euros comme ils l’ont été auparavant.

Mia Electric a fait des heureux

Certains acquéreurs ont pu profiter d’opportunités en or il y a peu de temps, car Mia Electric avait bradé 60 voitures à des prix situés entre 3000 et 6500 euros avant que Mia Génération ne rachète la marque. Il faut noter qu’une trentaine sur ces soixante étaient en parfait état de marche.

sources : avem



Liens commerciaux
Voiture Electrique
Recevoir l'Actualité par email


Liens commerciaux
Page Fan
RECHERCHE