Bluely : Lyon expérimente le service d’autopartage tout électrique

La ville de Lyon revendique le titre de pionnière du service d’autopartage entièrement électrique en France. Avec le projet Bluely mené par le groupe Bolloré, la population lyonnaise pourra profiter d’une infrastructure de mobilité urbaine écologique.


Un parc de 130 voitures électriques

Avec le service Bluely, les Lyonnais disposent d’un parc automobile en libre service constitué de cent trente voitures fonctionnant entièrement à l’énergie électrique. La firme Bolloré, promoteur du projet indique que ce nombre passera à 250 véhicules électriques à partir de l’année prochaine. Le groupe fait savoir que 250 bornes de rechargement seront installées dans les cinquante stations prévues dans le cadre de ce projet ce à partir du mois d’octobre. La société assure que ces infrastructures seront densifiées en 2014 pour répondre à une demande croissante de service de transport urbain.

Bluely

Pour aller partout à petit prix

Les Lyonnais accèdent ainsi à un moyen de transport écologique leur permettant d’aller partout dans la ville. Avec ses quatre places et une autonomie de 125 kilomètres, le Bluecar constitue la meilleure solution pour les petites familles désirant économiser sur leur budget transport. En effet, ces véhicules sont accessibles à des prix largement abordables et l’utilisateur a la possibilité de choisir l’offre tarifaire qui convient à son pouvoir d’achat. Le jeune automobiliste pourra également profiter des avantages des services Bluely.

Un service simple et rapide

Pour souscrire un abonnement, il suffit pour l’usager de se présenter dans un espace dédié au service Bluely avec son permis de conduire et une carte d’identité. Le règlement de la transaction peut être réalisé à l’aide d’un moyen de paiement électronique. Il faut noter qu’il est possible de réserver sa voiture et sa place de parking. Le conducteur n’est pas contraint de ramener le Bluecar à la station Bluely ; de même, il peut utiliser la voiture qui se trouve à proximité de son habitation à condition que celle-ci soit libre.

2 Commentaires

  1. Marcel Vautour 10 septembre 2013
  2. Berlincan 12 septembre 2013