Et si Google rechargeait les voitures électriques ?

Google Energy


Le géant de l’Internet, Google, a récemment reçu l’autorisation de la FERC (Federal Energy Regulatory Commission) américaine pour devenir acheteur et revendeur d’électricité en gros aux Etats-Unis, via sa filiale Google Energy.

Même si le but premier de la manoeuvre est d’économiser sur l’alimentation en électricité pour ses propres serveurs dans ses centres de données (Data Center), rien ne nous empêche de croire que Google pourrait se mettre à vendre de l’électricité au grand public d’ici quelques mois à quelques années.

Et s’il le fait aussi bien qu’il gère ses affaires sur le Web, le consommateur risque d’être le grand gagnant.

Maintenant on pourrait même aller plus loin et fantasmer sur l’idée que Google pourrait recharger nos futures voitures électriques. Ce serait l’étape logique suivante d’ici quelques années.

On se rappellera que le colosse du Web avait déjà proposé une initiative électrique aux internautes avec une application de gérance pour la consommation d’électricité (le Gadget iGoogle PowerMeter), visant à réduire les surconsommations à la maison. Mais ca n’a pas vraiment encore décollé. Et pour cause : il faut qu’un compteur spécial Google Smart Meter soit branché aux installations électriques pour récupérer les données de consommation. Il reste donc à passer des accords avec les fournisseurs d’électricité mais c’est loin d’être évident. Pour l’instant le service serait en test aux USA, Canada et en Inde.

Il y a aussi la nouvelle technologie prometteuse V2G (vehicle to grid) qui permettrait de distribuer intelligemment l’offre et la demande en électricité ainsi que de rémunérer ses utilisateurs. Imaginons que Google utilise cette technologie et se mette à faire une sorte de Google Adsense/Adwords de la recharge électrique des voitures ?

On est encore en plein rêve mais maintenant que Google a mis un pied dans l’industrie de l’électricité, on peut s’attendre à tout dans les prochaines années. La société a certainement plus d’un lapin dans le chapeau et nous le découvrirons bientôt.