GM nationalisé mise sur l’automobile verte

La fin d’une époque, General Motors, autrefois le symbole de l’immensité de l’industrie américaine, premier producteur durant 80 ans, le plus puissant du monde a été nationalisé récemment par l’administration Obama. Un nouveau départ.


Touché par la grâce verte, GM le géant de Détroit couvert de dettes, met actuellement les bouchées doubles pour mériter les milliards accordés par le Congrès américain, mais à condition qu’il se lance dans les véhicules verts. Pluiseurs fers de lance sont en cours de développement. Outre la célèbre Volt, une berline électrique que le constructeur annonce dotée de plusieurs centaines de kilomètres d’autonomie, le constructeur se concentre pour le marché américain autour de trois marques : Chevrolet, Cadillac et GMC. La prochaine Cadillac sera basée sur la Volt et concurrencera la Tesla Model S et Fisker Karma.

Le géant américain travaille aussi sur une alternative au scooter avec Segway, l’inventeur du transporteur personnel qui depuis 2001, a vendu 60.000 exemplaires de cet engin ressemblant à une grosse trottinette électrique défiant la gravité. Le bébé se nommera Puma et pourra emporter deux personnes, jusqu’à 40 km/h.

L’idée de l’administration Obama pour General Motors semble simple : imposer l’idée et la consommation de véhicule vert de masse dans le monde. La Volt a tout d’un véhicule mondial, comme l’est la Toyota Prius actuellement. Fini la profusion de modèle, l’avènement des véhicules électriques fait revenir l’industrie automobile à une certaine simplicité de gamme. Nous verrons si cette tendance se confirme d’ici la fin de la décennie.

La faillite de General Motors est aussi la faillite d’un modèle économique, qui n’a pas sû s’adapter à son monde. Aveuglé par sa vision du monde et par son arrogance. Quatre vingt ans de domination mondiale ont pesé sur son modèle. Portée par la domination américaine dans le monde, exportant son empire qui verra naitre plusieurs avatar (Volkswagen en tête), la course à la puissance et à la taille avait déjà été une alerte à al fin des années 70 lors de la première et deuxième crise du pétrole. Pour répondre à ce choc, GM a répandu des Pick-Up, véhicules anti-écolo vendu a plusieurs centaines de milliers d’exemplaires dans le pays. Cette fois, ce sera bien le fond du problème que GM devra affronter pour ne plus répondre par une parade.

2 Commentaires

  1. Elec'store 28 octobre 2011
  2. claude 12 septembre 2012