L’IREQ annonce une nouvelle batterie révolutionnaire

IREQ


L’avenir des voitures électriques et hybrides ne dépend pas des moteurs, ni des accessoires ou même le prix de l’essence (quoique, si le prix du pétrole reprend son ascension il est sûr et certain que les automobilistes trouveront les voitures électriques beaucoup plus intéressantes), mais de la technologie développée pour les batteries. En effet, pour le moment les batteries permettent des autonomies et des temps de recharge qui sont dans le domaine du raisonnable. L’autonomie moyenne reste entre 100 et 200 km et le temps pour faire une pleine recharge tourne autour de 3 heures (sur une borne à charge rapide). Même si ce temps de charge n’est pas très long, 3 heures pour recharger complètement une batterie reste encore assez excessif comparé aux voitures à essence où en quelques minutes vous pouvez faire le plein et reprendre votre route. Sur ce point, les voitures électriques sont dans un grand désavantage, mais cela ne devrait pas durer longtemps, car un chercheur travaillant pour l’IREQ (Institut de recherche en électricité du Québec) vient de mettre au point une batterie révolutionnaire.

Karim Zaghib, le génie scientifique a mis au point cette nouvelle batterie, a annoncé avoir réussi à charger et à décharger une batterie Li-Ion de 2 kW 20 000 fois en six minutes. Notons que l’on parle ici d’une charge à 100 %. En extrapolant un peu et en prenant en considération plusieurs autres facteurs, le chercheur Karim Zaghib prévoit une demi-heure pour la recharge complète d’une batterie de 30Kw (la Tesla a une batterie de 53 kWh). Bien tout cela reste encore dans le domaine du théorique, d’ailleurs Karim Zaghib n’a pas encore publié ses conclusions dans un journal scientifique et prévoit de le faire en janvier.

Cette nouvelle technologie injecte du titane dans la batterie, ce qui permet une recharge très rapide et permet à celle-ci de fonctionner même dans les températures les plus extrêmes (par -40 et +80 degrés, aucune anomalie dans le fonctionnement n’a été détectée.

Cette nouvelle découverte représente peut-être une étape importante dans le développement futur des véhicules électriques, mais les applications commerciales de cette nouvelle batterie n’ont pas encore été étudiées et du côté des Canadiens certains veulent garder l’exclusivité de la découverte et faire payer ceux qui veulent l’utiliser, le chef de file du parti vert Québécois déclare même : « Cette nouvelle batterie au lithium-ion doit rester entre les mains des Québécois et profiter à tous. Ce serait un crime économique à cravate de s’en départir ou de laisser à d’autres la commercialisation et les profits. »

En bref, cette découverte est très intéressante, mais il reste à savoir quand ce type de nouvelles batteries équipera les automobiles électriques. Et ce n’est pas pour tout de suite.

Source de la nouvelle: La Presse (Montreal)

4 Commentaires

  1. pepito_69 22 octobre 2009
  2. r0m1 7 août 2010
  3. yep 15 janvier 2011
  4. dgfgdf 21 février 2012