La Chine supprime la taxe à l’achat de voitures « vertes »

Soucieux de doper les ventes de voitures « vertes » et surtout de lutter contre la pollution urbaine, le gouvernement chinois décide de supprimer, du moins temporairement la taxe de 10 % sur l’achat de véhicules écologiques. Cette mesure devrait plaire à tout le monde, constructeurs comme acheteurs.


source image : huffingtonpost / AP Photo/Eugene Hoshiko

source image : huffingtonpost / AP Photo/Eugene Hoshiko

Une mesure raisonnable

Les images de Pékin, Shanghaï et des autres mégalopoles chinoises recouvertes par d’épaisses nuages de particules fines fin 2013 et début 2014 restent encore dans les mémoires. Ces pollutions records ont poussé les autorités chinoises à adopter moult mesures destinées à modérer la pollution des grands centres urbains de l’Empire du Milieu. Récemment, une nouvelle décision s’ajoute à la liste de ces actions contre la pollution. Selon l’agence Bloomberg, le gouvernement chinois aurait en effet validé la suppression de la taxe d’achat de voitures électriques.

Ce prélèvement, qui équivaut à 10 % du montant du véhicule, est considéré depuis toujours comme un obstacle à l’essor de la vente de voitures écologiques – électriques, hybrides et piles à combustibles – dans l’Empire du Milieu. Avec cette décision, les autorités chinoises font donc le pari de booster les véhicules verts, annoncés comme le futur de la mobilité, tout en luttant optimalement contre la pollution urbaine. Cet allègement fiscal concerne aussi bien les autos fabriqués en Chine que les marques étrangères présentes au pays, notamment Tesla, Nissan, GM et BMW.

Une mesure temporaire

Cette nouvelle est bien accueillie par les acteurs de la mobilité écologique en Chine, un domaine qui y est encore peu représenté. Parmi la vingtaine de millions de voitures vendues dans le pays chaque année, seuls 70 000 exemplaires sont des véhicules hybrides, 100 % électriques ou à hydrogène. Ces statistiques restent loin, très loin des objectifs affichés par le pouvoir central chinois, qui souhaite voir 5 millions d’automobiles « vertes » sur son territoire, à l’horizon 2020. Ainsi, outre l’allègement fiscal qui durera jusqu’en 2017 uniquement,le gouvernement encourage l’entrée des industies non-automobiles dans la mobilité électrique, en facilitant la création de licences dans ce secteur.

source : lepoint

3 Commentaires

  1. marcel 16 juillet 2014
  2. Location voiture 16 juillet 2014
  3. natalua23 23 juillet 2014