La concentration automobile dangeureuse pour la voiture verte

L’avenir de l’industrie automobile se joue maintenant. Loin d’être obsolète, ce secteur de l’économie doit faire toutefois sa révolution et s’inscrire vers des véhicules moins polluants, hybrides ou électriques. Malgré tout une inquiétude dans ce tableau, excitant de par le challenge technique avenir, la concentration des forces.


Le rachat récent de Porsche par Volkswagen, n’a rien à faire techniquement sur ce blog et pourtant il est un symptôme de concentration des forces qui aura des répercutions sur l’avenir. FIAT se lie à Chrysler, Mercedes noue des liens avec BMW, VW souhaite devenir le N°1 mondial devant Toyota et reprend donc Porsche. GM est devenue l’avatar de Renault pour les américains, mutant en entreprise nationale. Renault et Nissan mutualise leurs forces, PSA cherche des alliés. Mais toutes ses concentrations sont inquiétantes pour l’avenir technologique automobile.

En effet, si, face au challenge énorme que représentent les véhicules propres, ces constructeurs signent des accords techniques, il n’y aura plus de nouveauté et d’innovation mais des standards. Certes des moteurs sont déjà échangés entre constructeurs (HDI chez Ford par exemple) mais la demande massive de véhicules écologiques est telle, bien aidée par les primes d’Etats, que la concentration et la standardisation deviendra la norme. La Prius de Toyota est devenue un standard pour les futures automobiles hybrides de l’horizon 2010-2011 et son principe sera copié.

En début d’année, le président de FIAT avait annoncé que l’avenir de l’industrie automobile passera par les alliances, des fusions et la mutualisation. Indiquant qu’il ne restera que six ou huit constructeurs à terme d’ici 2012. La création de ses nouveaux conglomérats automobiles permettant, selon FIAT,  de répondre à la demande massive d’automobile du futur. Car les véhicules verts sont chers. Si un modèle classique coûtera 1 milliard d’euros de conception-industrialisation, un modèle hybride en coûtera 3 milliard (exemple de la Prius). Rester indépendant n’est donc plus possible.

L’industrie automobile, qui a toujours vécu sur la différence technique des uns et des autres, est entrain de mutée vers un gigantesque Général Motors technique. Ou aucune marque ne se démarquera et proposera des nouveautés d’ingénieurs, mais uniquement du  style, seule différence visible pour l’acheteur.