Voiture électrique La Gazelle : la première micro-usine sera prête en décembre

Gazelle voiture electrique


Depuis la présentation de son prototype, la Gazelle fait mouche. Et pour cause, en plus d’être la voiture électrique la plus légère du marché, cette citadine au style néo rétro très élégant a l’avantage d’être facile à fabriquer. Dès décembre prochain, la première micro-usine destinée à sa réalisation ouvrira d’ailleurs ses portes.

Un modèle électrique très léger, élégant et rapide

Lancée en 2014, la marque signée Gaël Lavaud promeut la réduction de l’impact des déplacements des véhicules sur l’environnement en les allégeant autant que possible. Et pour la voiture électrique La Gazelle, le régime est drastique. Le modèle présenté en prototype ne pèse en effet que 500 kilos au total contre un poids d’une tonne et demi pour la citadine électrique d’un grand constructeur. Pour arriver à cette légèreté, le Centralien de 38 ans créateurde la marque a remplacé l’acier par des matériaux composites.

Idéal pour les déplacements locaux, La Gazelle électrique bénéficie d’une autonomie de 180 kilomètres et peut atteindre 100 km/h. Sur une prise classique, il faudra compter 4 heures environ pour recharger la batterie. Dans le quotidien français Le Figaro, Gaël Lavaud promet par ailleurs une économie en coût d’utilisation de 15 % par rapport à ses concurrents en « seulement » 5 ans.

Vidéo:

Côté style, La Gazelle entend séduire les utilisateurs avec un design néo rétro, rappelant vaguement celui des Fiat 500. Si aucun prix officiel n’a été pour l’heure annoncé, il faudra compter entre 15.000 et 20.000 euros environ pour voir ce véhicule dans son garage.

Une fabrication prévue dans des micro-usines

En plus de recalibrer le poids de ses véhicules, l’ingénieur Centralien propose de réinventer également la manière de concevoir des voitures. Le châssis de la Gazelle n’étant en effet composé que de 10 éléments à assembler, il envisage de créer ses modèles dans des micro-usines. Ces micro-usines, installées dans des conteneurs seront entièrement gérées par un système de franchises et permettront par ailleurs de « créer des emplois au plus près des acheteurs ». Les premiers marchés visés seraient l’Asie et l’Afrique avec lesquels des négociations sont en cours. Un projet qui devrait bientôt être concrétisé puisque la première unité de production ouvrira ses portes dès décembre prochain.

source: le figaro

2 Commentaires

  1. Jean Paul 22 octobre 2017
  2. Jean Paul 22 octobre 2017

Ajouter un commentaire