Les immatriculations de voitures électriques en baisse

Depuis le début des vacances, le nombre d’immatriculations des voitures électriques en France a carrément fondu de 45% au mois de juillet, par rapport à juin. Ci-après les détails.


L’exemple le plus frappant est celui de la Renault Zoé, voiture électrique la plus prisée sur le marché français. En effet, les immatriculations de ce modèle ont baissé de 50 % en juillet par rapport au mois précédent. Mais avec ces 348 immatriculations de véhicules électriques, le modèle de Renault remporte quand même 71 % des parts de marché.

Derrière la Zoé, nous retrouvons la Leaf de Nissan, qui affiche des statistiques stables par rapport au mois de juin : les 97 voitures immatriculées en juillet ont valu à la marque 20 % de parts de marché. Vient ensuite la Mia Electric, qui réalise 25 immatriculations au mois de juillet, soit le double de ses performances comparé à juin 2013.

Renault Zoe

Les i-MiEV de Mitsubishi qui n’ont été que 7 à être immatriculées au mois de juillet effectuent une légère remontée. La firme nippone réalise un meilleur score que le groupe PSA, qui en est à une seule et unique immatriculation au mois de juillet pour ses deux modèles phares : la Citroën C-Zero et la Peugeot iOn.

D’autres marques, à l’instar de la Lumeneo Neoma, qui n’a connu que 3 immatriculations sur toute l’année, peinent à décoller

Au mois de janvier, la Zoe comptait 70 immatriculations, soit un faible écart par rapport aux 60 immatriculations de la Leaf et des 58 de la Bolloré Bluecar. Dès le mois de février, la petite électrique de Renault a creusé l’écart, pour finir à un total de 3942 immatriculations contre 633 pour la Leaf et 268 pour la Bluecar entre janvier et juillet.

sources : edf, avem

7 Commentaires

  1. Jean-Pierre 13 août 2013
  2. Tigrou 13 août 2013
  3. Jean-Pierre 13 août 2013
  4. Daniel 19 août 2013
  5. contentscan 20 août 2013
  6. Jean-Pierre Guillotte 21 août 2013
  7. Club-events.fr 9 septembre 2013