Luxembourg : Programme gouvernemental en faveur du transport durable

Suite à une étude effectuée par les cabinets Schwartz and Co, le Luxembourg a décidé de mettre en place à travers le pays un réseau de stations de recharger et de développer son parc de véhicules électriques.


Le projet vert du Luxembourg

À terme d’une étude confiée aux cabinets Schwartz and Co, les autorités luxembourgeoises a décidé de mettre en place un réseau de stations de recharge à travers le pays. En effet, les résultats publiés par l’agence ont pu mettre en exergue le décalage entre la consommation énergétique liée au transport et les distances réellement parcourues par les utilisateurs. A été comparé également le prix, incluant l’impact environnemental de l’utilisation des véhicules thermiques par rapport à celui des modes de transport verts. Afin de se conformer à la réalité concernant les besoins en stations d’approvisionnement, il a été convenu que ces dernières seront installées principalement dans les lieux de stationnement public. Reste à déterminer l’entreprise qui aura à charge la mise en place du réseau. Le financement sera supporté d’une part par les subventions publiques et d’autre part par les utilisateurs.

Dix millions d’euros d’investissement

Si le Luxembourg entend faire de ce réseau d’approvisionnement une référence, le projet représente quelques investissements financiers à consentir. En effet, il s’agira de prendre en compte non seulement le coût de la mise en place de telles infrastructures, mais aussi, les subventions publiques sur les voitures vertes, la gestion du parc de recharge, sans compter le manque à gagner sur les taxes imposées sur les carburants. L’objectif du programme est d’atteindre les 850 points de recharges contre 13 de nos jours et de compter 40 000 véhicules électriques en 2020. À la fin du mois de février de cette année, le Luxembourg en compte à peine une cinquantaine. L’étude effectuée par Schwartz and Co chiffre la mise en place et la gestion du réseau public de recharge à près de 10 ME. Les premiers travaux devront débuter dès l’année 2013.

source: lessentiel.lu