Mitsubishi contraint à rappeler la moitié de ses i-MiEV

Un dysfonctionnement au niveau du système d’assistance au freinage oblige Mitsubishi à prendre des mesures draconiennes.


De lourdes conséquences économiques

En raison d’une défaillance au niveau du système de freinage, Mitsubishi, acteur important du secteur automobile mondial a procédé au rappel de 14700 de ses voitures électriques i-MiEV, tous pays de distribution confondus. L’information a été diffusée par Reuters, en précisant que ce chiffre représentait la moitié des ventes de ce modèle depuis son lancement en 2009.

De la même manière, les déclinaisons européennes de l’i-MiEV sont aussi concernées, à savoir la Peugeot iOn et la C-Zero de la marque aux chevrons.

Ce rappel comptait 5800 iMiEV au Japon, dont 2400 MiniCab-MiEV et 3400 i-MiEV. L’Europe est plus touchée encore, car l’on dénombre 8900 voitures rappelées, pour les deux marques ensemble. Mitsubishi n’a communiqué aucune information quant à l’estimation financière de ce rappel, mais il est certain que ces mesures ont impacté sérieusement ses finances.

Mitsubishi i-Miev

Un problème récurrent pour les producteurs de voitures électriques

Conséquence de cette anomalie, la distance de freinage se voit rallongée de plusieurs mètres. Toutefois, le porte-parole de Mitsubishi a affirmé qu’aucun accident en rapport avec l’anomalie technique n’a été signalé. Le problème étant au niveau de la pompe électrique du système de freinage assisté, tous les autres éléments électriques sont donc concernés. Le remplacement de la pièce en question prend approximativement une demi-heure.

Mitsubishi n’est pourtant pas le seul à affronter ce genre de problèmes. General Motors a effectué un rappel de 8000 exemplaires de la Volt. Quant au modèle électrique de Fisker dénommée Karma, l’on a vu 2400 unités en rappel à cause d’un circuit de refroidissement durant l’année 2012. Renault a aussi eu un rappel récemment de 6000 Twizy.