Voiture électrique


Voici la Voiture Propre qui roule à l'électricité : l'Automobile électrique et Hybride.
Retrouvez sur ce Site les Actualités, Dossiers, les principales Marques et Modèles de véhicules electriques actuels et à venir. Nous abordons aussi l'actualité de la Voiture Hybride, des voitures propres et nouveaux concepts technologiquement "Green".
Découvrez aussi l'histoire de la voiture électrique du 19 è siècle jusqu'à aujourd'hui.
Passionné ? Venez échanger et commenter sur nos articles de blog pour Partager avec les autres utilisateurs.
Futur Acheteur de Voiture électrique ? Inscrivez-vous pour acheter une voiture électrique être averti dès que nous aurons des partenariats avec certains constructeurs.

Lancement du projet « corridors verts » : une borne de recharge électrique tous les 80 km entre Paris et Lisbonne


À l’occasion de la COP21, Paris incite à l’utilisation de voiture électrique par l’installation tous les 80 km de bornes de recharge électrique rapides le long de l’autoroute reliant Paris et Lisbonne.

bornes electriques europe

Paris-Lisbonne, prémices du projet « corridors verts »

C’est à Madrid que le 23 novembre dernier, les ministres espagnols et portugais de l’Énergie ainsi que l’ambassadeur de France remplaçant le ministre des Transports donnent le coup d’envoi au projet « corridors verts ». Le projet permet la mise en place le long du tronçon Paris-Lisbonne d’une borne de recharge électrique rapide tous les 80 km afin de rendre possible la liaison de ces deux villes en véhicule électrique. Cela a été fait en vue de multiplier l’utilisation de la voiture électrique afin de réduire l’émission de gaz polluants qui proviennent pour 20 % des moyens de transport en Europe. L’axe Paris-Lisbonne n’est qu’un début, car d’ici 2020, 1 750 bornes d’une valeur de 450 millions d’euros devraient être installées sur cet axe et le projet ambitieux voudrait étendre le principe de ces bornes au bord des 70 000 km d’autoroutes européennes.

Le projet « corridors verts » sur le modèle de Tesla

Le projet « corridors verts » s’inspire du fabricant californien Tesla qui est le premier à avoir eu l’idée d’implanter des stations de recharges électrique le long des grands axes. 200 de ces « Superchargers » sont déjà présents en Europe pour recharger les véhicules Tesla qui ont une autonomie de 500 km. En tout cas, le projet devrait s’étendre, car d’ici 2030 on prévoit plus de 80 % des immatriculations pour des voitures électriques.

via challenges

La batterie révolutionnaire pour voiture électrique de Swatch


Pour concurrencer le leader californien de la production de batteries pour véhicule électrique, Tesla Motors, le groupe horloger suisse Swatch annonce la mise sur le marché d’une batterie Lithium-Ion plus performante et plus efficace à partir de 2017.

mercedes b250 electrique

Une batterie plus performante et plus autonome

Le bureau d’études Belenos, rattaché au groupe horloger suisse Swatch travaille aujourd’hui sur la conception d’une batterie aux capacités dépassant largement celles qui sont actuellement sur le marché. En effet, la densité énergétique sera augmentée de 30 % par rapport à ses concurrentes, notamment les batteries de Tesla-Panasonic. Aussi, 270 km de plus seront rajoutés à l’autonomie, ce qui au final permettra à un véhicule électrique doté d’une batterie Swatch de rouler jusqu’à 800 km avant d’être déchargé.

batterie Swatch Suisse dans voiture électrique

Une batterie optimisée au niveau du poids, du temps de charge et de la sécurité

Par ailleurs, le président du groupe Swatch, Nick Hayek , affirme que recharger une batterie Swatch prendra deux fois moins de temps qu’une batterie classique. Pour ce qui en est du poids, elle sera de 180 kg, moins lourde que la batterie de Tesla-Panasonic qui pèse 530 kg. Question sécurité, pour parer aux éventuels chocs qui pourraient entraîner une explosion, la membrane qui isole la cathode de l’anode sera cette fois-ci solide et non liquide. La production sera lancée en juillet 2016 par la filiale Renata de Swatch qui notons-le fabrique déjà 800 000 piles et batteries par jour, et dès 2017 des modèles de voitures électriques pourront en bénéficier.

Source et seconde image : Breezcar / image du haut : Mercedes

Téo taxi : le taxi écoresponsable et connecté à Montréal


Le projet Téo taxi , bébé de l’ancien « Dragon » Alexandre Taillefer (XPND Capital, compte twitter) sera fonctionnel d’ici le 26 novembre et offrira tant aux clients qu’aux chauffeurs salariés une nouvelle vision des taxis au Québec.

Kia Soul electrique - Taxi

Présentation du Téo taxi

À partir du 26 novembre, Montréal verra sur ses routes 50 taxis d’un nouveau genre. Déclinés en Tesla, Nissan leaf ou encore Kia Soul, ces taxis électriques utilisent le même système que l’application Uber. Ils vous conduiront non seulement à bonne destination, mais vous offriront en plus le wifi gratuitement, et mettra à votre disposition une tablette numérique contenant des films de Vidéotron. 500 citoyens montréalais sont actuellement sollicités pour tester le projet-pilote de 250 millions de dollars CAD et auront pour mission de commander, payer et noter le service Téo Taxi depuis une application mobile. D’ici mars, le projet compte rajouter 60 voitures de plus et en 2019, conquérir la moitié du marché de Montréal soit 2 200 véhicules sur les 4400 disponibles.

Tesla Téo

Des chauffeurs avantagés

Montréal compte actuellement 11 625 chauffeurs de taxi classiques payés entre 8 $ et 10 $ de l’heure. Pour pouvoir en débaucher 6000 d’ici 2019, Téo Taxi affiche en plus des avantages sociaux une rémunération à 15 $ par heure, qu’il y ait des clients ou pas de clients. Cela sera possible suite à une réduction des coûts de l’opération grâce à l’électricité et au perfectionnement de la main-d’œuvre. Ces chauffeurs auront aussi la possibilité de suivre une formation continue sur les tablettes lorsqu’ils ne seront pas en activité. Il est aussi à noter que Téo taxi privilégie l’accession des femmes au poste de chauffeurs et compte en recruter autant que les hommes.

L’intérieur d’un Taxi Téo avec la tablette (Photo La Presse) :

interieur teo taxi

Le marché du 100% électrique devrait atteindre les 2,2 millions de véhicules en 2025


Selon un récent rapport de Jato, institut spécialisé dans les études automobiles, les plus belles années du marché de l’électrique et de l’hybride sont encore à venir avec une prévision en 2025 de 5,5 millions de véhicules immatriculés par an dont 40% ou 2,2 millions de tout-électriques et 60 % ou 3,3 millions d’hybrides rechargeables.

Nissan IDS

Des chiffres encourageants

Force est de constater que les chiffres sont en hausse constante. En 2014, la vente de voitures électriques voyait déjà une augmentation de 43 % en comparaison à 2013 et atteignait les 280 000 unités dans le monde. D’ici 2016, les 350 000 véhicules seront certainement dépassés et aux environs de 2025 le cap des 2,2 millions devrait être facilement franchi.

Marché dominé par la Chine

D’après le rapport de Jato, ce seront surtout les véhicules hybrides rechargeables qui feront le succès de l’électrique, car ils prendront jusqu’à 60 % du marché. La chine satisfera plus de la moitié de la demande en 2022, avec des ventes estimées à 2,9 millions d’unités (électriques et hybrides rechargeables combinées), suivie de l’Europe avec 1,7 million et puis les États-Unis avec ses 800 000 voitures électriques.

Vente au bénéfice de l’environnement

Parallèlement aux prévisions de Jato, l’ONU annonce d’ici 2030 la recrudescence des concentrations dans les grandes villes. Si l’on se réfère à leurs estimations, environ 40 villes compteront une dizaine de millions d’habitants. Cela devrait inciter les autorités à favoriser l’acquisition des voitures électriques qualifiées de vertes, dans le but de réduire la pollution de l’air.

La BYD Qin, en première ligne contre la pollution


La BYD Qin chinoise est aujourd’hui l’une des voitures les plus prometteuses en matière de véhicule hybride. Elle représente non seulement un enjeu de taille au niveau de l’industrie de l’automobile chinoise, mais aussi dans la lutte contre la pollution.

BYD Qin

Avantages de la BYD Qin

La BYD Qin réalise un véritable petit exploit en terme d’autonomie avec des batteries avec 20 kms de plus que ses concurrentes (L’auto a une autonomie de 70 kilomètres en mode électrique). Par ailleurs, la batterie est couverte d’une garantie à vie et la voiture peut servir de génératrice de courant également. Elle dispose de la fonction stationnement télécommandé et en prime une télévision satellite y est installée de série. Question rapport qualité/prix, il n’y a vraiment rien à redire. Dans le cadre d’une politique verte visant à réduire l’émission de gaz à effet de serre, le gouvernement chinois rembourse 6000 $ par véhicule hybride acheté et à Shanghai cela peut aller jusqu’à 12 000 $ pour l’acquisition d’une BYD. Et pour encourager encore plus les acheteurs, l’immatriculation de ce véhicule est offerte (En moyenne, il faut débourser 15 000 $ canadiens pour avoir ses premières immatriculations à Shanghai).

Marché florissant

Les Chinois se sont lancé dans l’industrie de l’automobile électrique et hybride dans le but d’en être le numéro 1 et ils sont proches du but avec la BYD Qin qui rappelons-le est pour la première fois de fabrication entièrement chinoise. Ce véhicule est actuellement le plus célèbre de son genre en Chine et est en passe d’être la voiture électrique-hybride la plus achetée dans le monde entier avec plus de 5 000 voitures hybrides vendues au mois de juillet. Le marché est tellement florissant que les ventes de voitures électriques et hybrides en Chine ont largement dépassé celles des États-Unis. Aujourd’hui si vous commandez une BYD Qin il faudra patienter une dizaine de semaines, voire même un peu plus pour en avoir une.

Atlanta, un royaume de la voiture électrique menacé dans son bel élan


photo: wikipedia

photo: wikipedia

Atlanta nous a surpris en s’affichant en seconde place des villes des États-Unis utilisant le plus les véhicules électriques. Pour en arriver à ce résultat, des dispositifs de charme ont été élaborés, mais récemment ils ont été supprimés causant ainsi un effondrement du marché.

atlanta ev

Atlanta, fief des voitures électriques

Le marché des voitures électriques a connu un essor fulgurant à Atlanta plus qu’ailleurs aux États-Unis comme en témoignent les 69 566 véhicules de ce genre qui y circulent aujourd’hui. On y trouve cinq fois plus de voitures se mouvant à l’électricité que partout ailleurs en Géorgie. Rouler en Tesla ou en Leaf y est devenu banal.

bonus VE amerique

Atouts de la voiture tout électrique à Atlanta

Le coût presque donné de l’électricité et surtout les 12 000 $ de crédit d’impôts divers offert pour toute acquisition de voiture tout électrique ont joué un rôle très important sur le marché des voitures tout électriques. En effet, en comparaison avec un modèle à essence, conduire électrique est devenu quatre fois plus avantageux grâce à cela. De plus, ces véhicules bénéficient d’un accès libre et gratuit sur les zones de covoiturage et les autoroutes payantes. Et pour rassurer les conducteurs, des stations de recharges sont disponibles partout.

Stoppé en pleine lancée

Dernièrement, le crédit d’impôt de l’état de 5000 $ qui rendait les voitures électriques si abordables a été supprimé au profit d’une surtaxe annuelle de 200 $. Le concept revenait trop cher aux contribuables avec plus de 50 millions de dollars dépensés. Cela a d’un côté impacté fortement sur le marché qui s’est effondré considérablement et d’un autre, réduit les chances de faire perdurer une circulation plus propre.

source : radio-canada

Norvège : quand les voitures électriques règnent en maîtres


Le gouvernement norvégien a adopté des mesures qui revêtent un caractère de campagne de sensibilisation. D’après la ministre norvégienne de l’Environnement, la dénommée Tine Sundtoft, celles-ci ont pour finalité d’« inciter les consommateurs » à se tourner vers les voitures électriques.

voitures electriques norvege

Rouler propre et à moindre coût

La Norvège assiste à un phénomène unique. Sur les deux dernières années, le nombre de véhicules électriques vendus n’a cessé de croître : 1 voiture vendue sur 5 est 100% électrique. Cette tendance est à mettre sur le compte des mesures récemment adoptées par le gouvernement et qui font le bonheur des amateurs de voiture électrique. Ces derniers se trouvent par exemple exempts de frais d’enregistrement et de taxes. À noter qu’en Norvège, les voitures classiques se retrouvent confrontées à des taxes qui peuvent atteindre le double du prix d’achat.

« La mesure a fonctionné bien au-delà des espérances. En moins de quatre ans, 70 000 voitures électriques ont été vendues en Norvège, soit près de 30 fois plus qu’au Québec. Le constructeur américain Tesla, pionnier sur ce marché, a été pris par surprise. Ce petit pays de 5 millions d’habitants est aujourd’hui un de ses plus gros marchés. »

Nissan Leaf Norvege

Des objectifs écologiques

Ces mesures servent aussi les deux objectifs d’ordre écologique que le gouvernement norvégien s’est fixés. La première est de diminuer, à l’horizon 2030, les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 40 % par rapport au niveau enregistré en 1990. La seconde est d’accéder dès 2050 au rang de société à faible émission de carbone.

Tesla Model S, voiture de l’année

La firme américaine Tesla est la première à bénéficier de ces mesures gouvernementales. Forte de son autonomie de 500 km, la Tesla Model S est élue voiture de l’année en Norvège, tout en s’affichant en tête des ventes. Son prix qui dépasse les 100 000 dollars ne semble pas freiner l’enthousiasme des Norvégiens.

Le reportage de Radio-Canada :

Tesla Model S

Source : Radio-Canada

Remise en question du caractère 100 % écologique des voitures électriques ?


Ségolène Royal, ministre de l’Écologie met les voitures électriques sous la bannière « zéro pollution et zéro particule ». Divers organismes comme l’Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France viennent toutefois contester cette affirmation.

Tesla Model X7

Les facteurs d’émission de particules fines

L’Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France est le premier à remettre en question le caractère 100 % écologique des voitures électriques. Cet organisme attribue effectivement les 41 % des particules fines en suspension dans la région parisienne à d’autres facteurs relatifs au trafic routier. Parmi ceux-ci figurent l’abrasion des pneus et l’abrasion des freins. Les voitures électriques sont donc également responsables (en partie) de ce chiffre.

Les critiques émises par le JDP

Questionné sur l’offre de voitures électriques en libre-service de Bolloré dans trois grandes villes de l’Hexagone, le Jury de déontologie publicitaire (JDP) n’a pas non plus manqué de lancer des critiques à l’encontre de ce type de véhicule. Sans remettre en question le caractère écologique du service à proprement parler, cet organisme s’est penché sur son utilisation en parlant d’ « effets négatifs sur l’environnement ». Sont donc pointés du doigt d’autres éléments comme les pièces d’usure et l’énergie nécessaire lors du rechargement, d’autant que tous les points de recharge ne sont pas encore alimentés grâce à l’énergie renouvelable.

Un processus de fabrication décrié

« D’après l’Ademe, si l’on prend en compte toutes les étapes du cycle de vie des voitures, il faut au moins rouler 50.000 km avec une voiture électrique pour avoir un bilan d’émission plus faible qu’un moteur thermique. »

Soit un peu moins de quatre ans pour un conducteur français moyen qui roule moins de 15 000 km par an.

« La fabrication d’une voiture électrique pèse pour 69% de la pollution émise, contre 15% pour une voiture à moteur thermique. La voiture électrique part donc avec un gros handicap qu’elle finit par rattraper, mais en roulant l’équivalent de quatre ans. »

En conclusion, posséder une voiture électrique c’est bien mais la garder au minimum 4 ans c’est mieux, voire indispensable si on veut être écologique. De toutes façons même si l’on change avant 4 ans, la vie de la voiture électrique ne s’arrête pas pour autant et c’est le propriétaire suivant qui assure la continuité du caractère propre du véhicule.

Source: France Info

Nissan IDS, un modèle de voiture électrique autonome


Présentée au Salon de l’auto de Tokyo 2015, la Nissan IDS s’annonce comme un véritable condensé de technologies et d’innovations. Ce concept car impliquant notamment la motorisation 100 % électrique, le Cloud, mais aussi la conduite autonome. La commercialisation de ce modèle de voiture du futur ne sera cependant pas pour demain.

Nissan IDS

Habitacle, une pièce maitresse de la Nissan IDS

Son habitacle fait l’une des principales particularités de la Nissan IDS. En effet, ce compartiment peut se transformer en fonction du mode de conduite. Le recours à la conduite autonome amène par exemple le volant à se ranger « à l’intérieur » du tableau de bord, et les pédales dans le plancher. Après avoir avalé le volant, le tableau de bord recule tout en se transformant en un écran connecté à Internet. On y voit s’afficher entre autres une carte pour le trajet, ainsi que diverses applications. De leur côté, les sièges entament également des mouvements permettant au conducteur de disposer davantage d’espace, le tout sur fond de musique qui semble sortir de nulle part.

IDS nissan concept

IDS nissan concept2

Une voiture électrique au service du conducteur

Les technologies embarquées dans la Nissan IDS ne remettent pas totalement en question le côté capital du rôle d’un conducteur. En effet, même en cas d’activation du mode Conduite autonome, celui-ci conserve une certaine marge de manœuvre. Grâce par exemple à un dispositif de reconnaissance vocale, il peut à tout moment commander cette voiture électrique signée Nissan et en prendre le contrôle. De simples gestes permettent aussi d’activer certaines commandes.

nissan ids interieur

nissan ids interieur2

La batterie Lithium-air, la révolution électrique à un stade de développement déjà prometteur


La batterie Lithium-air s’annonce comme le nec plus ultra des solutions à énergie propre. Cette « batterie de demain » se révèle déjà très prometteuse, bien qu’elle ne soit pour l’heure qu’à un certain stade de développement. Les « druides » qui sont en train de concocter cette « solution miracle » dévoilent des caractéristiques qui font déjà se profiler à l’horizon un véritable « boom » du véhicule électrique.

voiture Lithium batterie

Que sait-on déjà sur le Lithium-air ?

La batterie Lithium-air se targue d’être une batterie à même d’augmenter l’autonomie d’une voiture électrique, avec l’ambition de la mettre au même niveau que celle d’une voiture classique. Cependant il faudra peut être encore attendre dix ans avant de voir cette batterie sous le capot d’un véhicule électrique et les scientifiques de l’Université de Cambridge décrivent déjà une batterie possédant une très forte densité énergétique. D’après une source que cite la revue américaine Science, celle-ci revendique une durée de vie estimée de 120 000 km, en affichant un nombre de recharges dépassant les 200 fois. Sa capacité énergétique théorique est dix fois supérieure à celle des batteries lithium-ion. De ce fait, la voiture électrique pourrait voir son autonomie aller jusqu’à 600 km. Deux autres éléments du lithium-ion se trouvent également divisés par 5 sur le lithium-air. L’on parle du poids et du… prix.

Le grand inconnu

Le temps de recharge brille par son absence dans cette liste de caractéristiques prometteuses dévoilées par les scientifiques de l’Université de Cambridge. L’on ne peut cependant qu’être optimiste sur ce point, en regard du grand bond déjà effectué au stade actuel de développement de cette batterie.

Source: LePoint

Liens commerciaux
Voiture Electrique
Recevoir l'Actualité par email


Liens commerciaux
Page Fan
RECHERCHE