Voiture électrique

Voici la Voiture Propre qui roule à l'électricité : l'Automobile électrique et Hybride.
Retrouvez sur ce Site les Actualités, Dossiers, les principales Marques et Modèles (prix du neuf et concepts) de véhicules electriques actuels et à venir. Nous abordons aussi l'actualité de la Voiture Hybride, des voitures propres et nouveaux concepts technologiquement "Green".
Découvrez aussi l'histoire de la voiture électrique du 19 è siècle jusqu'à aujourd'hui.
Passionné ? Venez échanger et commenter sur nos articles de blog pour Partager avec les autres utilisateurs.
Futur Acheteur de Voiture électrique ? Inscrivez-vous pour acheter une voiture électrique être averti dès que nous aurons des partenariats avec certains constructeurs.

Les immatriculations de voitures électriques en baisse


Depuis le début des vacances, le nombre d’immatriculations des voitures électriques en France a carrément fondu de 45% au mois de juillet, par rapport à juin. Ci-après les détails.

L’exemple le plus frappant est celui de la Renault Zoé, voiture électrique la plus prisée sur le marché français. En effet, les immatriculations de ce modèle ont baissé de 50 % en juillet par rapport au mois précédent. Mais avec ces 348 immatriculations de véhicules électriques, le modèle de Renault remporte quand même 71 % des parts de marché.

Derrière la Zoé, nous retrouvons la Leaf de Nissan, qui affiche des statistiques stables par rapport au mois de juin : les 97 voitures immatriculées en juillet ont valu à la marque 20 % de parts de marché. Vient ensuite la Mia Electric, qui réalise 25 immatriculations au mois de juillet, soit le double de ses performances comparé à juin 2013.

Renault Zoe

Les i-MiEV de Mitsubishi qui n’ont été que 7 à être immatriculées au mois de juillet effectuent une légère remontée. La firme nippone réalise un meilleur score que le groupe PSA, qui en est à une seule et unique immatriculation au mois de juillet pour ses deux modèles phares : la Citroën C-Zero et la Peugeot iOn.

D’autres marques, à l’instar de la Lumeneo Neoma, qui n’a connu que 3 immatriculations sur toute l’année, peinent à décoller

Au mois de janvier, la Zoe comptait 70 immatriculations, soit un faible écart par rapport aux 60 immatriculations de la Leaf et des 58 de la Bolloré Bluecar. Dès le mois de février, la petite électrique de Renault a creusé l’écart, pour finir à un total de 3942 immatriculations contre 633 pour la Leaf et 268 pour la Bluecar entre janvier et juillet.

sources : edf, avem

Land Rover a testé son premier 4×4 électrique basé sur le Defender


La technologie des voitures électriques représente-t-elle l’avenir des 4×4 ? Voilà la question que se pose Land Rover en testant le tout nouveau Defender de 95 ch, entièrement électrique. Les essais ont été réalisés dans des conditions réelles.

Alea jacta est ! La construction d’un 4×4 électrique est désormais sur les rails. La question est maintenant de savoir si la firme britannique va un jour proposer ce Defender électrique à la vente. En effet, ce qui fait toute la différence avec un moteur électrique, c’est que le couple répond instantanément et ne baisse jamais. Et généralement, c’est cette puissance que les passionnés recherchent dans un 4×4 ou tout autre véhicule à vocation utilitaire.
C’est pourquoi la marque anglaise a lancé le projet Defender All Terrain Electric Research Vehicle, appellation du Defender entièrement électrique.

Land Rover Defender electric

Mais il reste encore bien du chemin à faire pour ce projet de 4×4 électrique avant d’aboutir : le moteur de 95 ch est satisfaisant, par contre l’autonomie n’est que de 80 kilomètres. C’est en tout cas le chiffre enregistré avant que Land Rover ne décide de rajouter un pack de batteries supplémentaire, afin que le Defender électrique puisse rouler dans l’Eden Project durant une journée entière, sans nécessiter de rechargement. De plus, cette optimisation permettra à la voiture d’avoir une meilleure stabilité, via une meilleure répartition des masses.

Dans cette phase de tests, le véhicule électrique est lesté de 12 tonnes, soit 4 wagons arrimés à l’arrière et devra rouler dans ces conditions durant une journée entière. Land Rover n’a pas encore mentionné de date précise pour ce qui est de la commercialisation de ce Defender électrique, mais la marque a tout de même laissé entendre que celle-ci n’aura pas lieu avant la fin de la décennie en cours.

batterie land rover

Mia Electric vient de décrocher une commande de 100 voitures pour EDF


Racheté il y a peu par un groupe d’investisseurs internationaux, le constructeur français MIA a tout récemment obtenu une commande de 100 véhicules de la part d’EDF. Voilà qui redonne le sourire à la société, et à son nouveau patron, Michèle Boos, qui a comme ambition de rendre rentable ses modèles de voitures électriques dès 2014.

Mia Electric

Des ventes en hausse, chez les particuliers et les professionnels

Dans un communiqué, Mia Electric annonce que, mis à part les 100 véhicules à livrer à EDF dans les prochains mois, la société réalise de bons chiffres, notamment avec les particuliers, segment où les ventes ont doublé et atteignent actuellement 68 unités.
En gros, cette société implantée dans les Deux-Sèvres vise pour cette année 2013 des ventes s’élevant environ à 700 voitures.

La nouvelle direction prévoit de belles perspectives pour 2014

La nouvelle présidente de Mia Electric a également annoncé que la société vise pour 2014 une production de 200 véhicules par mois, ainsi qu’une réduction de 35% des coûts, grâce à une re-négociation avec les différents fournisseurs. Ces mesures devraient attirer de nouveaux investisseurs et assurer la rentabilité des voitures électriques. À titre de rappel, ce pôle représente actuellement 220 emplois chez Mia Electric. Techniquement, la société n’entend pas modifier les caractéristiques de la Mia, soit un moteur 100 % électrique, développant 24 cv, avec une batterie dont l’autonomie est de 120 kilomètres.

Nouvelle grille tarifaire

La direction de Mia Electric ne fait pas les choses à moitié pour atteindre ses objectifs de vente. Les tarifs ont été révisés à la baisse, de manière à attirer plus de clientèle dans ce secteur. Ainsi, la Mia utilitaire est aujourd’hui au prix de 8033 euros, tandis que la Mia 3 places s’achète à 10469 euros. Quant à la Mia 4 places, elle est actuellement à 12805 euros. Rappelons que ces prix énoncés sont déjà déduits du bonus écologique.

BMW se lance dans les ventes sur internet avec la i3


D’après le directeur des ventes de BMW en Allemagne, Roland Krüger, la firme allemande prévoit actuellement d’utiliser Internet pour vendre des voitures, et même d’y assigner des commerciaux.

BMW logo

Une nouvelle approche, pour une meilleure compréhension des clients

Selon le magazine allemand Wirtschaftwoche spécialisé dans les affaires, la firme allemande a en tête de commercialiser certains de ses modèles via internet, à commencer par la i3 électrique que BMW compte présenter le 29 juillet prochain. D’après le directeur des ventes de la marque, cette dernière souhaite prendre connaissance des besoins et des attentes des clients et procéder à des visites de clients à domicile, mais en ligne.

Mieux vendre la i3 et ses caractéristiques complexes

Cette citadine électrique de la marque se démarque de ses concurrentes, avec son châssis en aluminium, des éléments en fibre de carbone, et surtout, un moteur de 170 chevaux. Voilà sans doute les raisons pour lesquelles la i3 affiche un prix élevé de 35000 euros, soit environ deux fois plus que le prix d’une Renault Zoe. Si BMW a décidé de s’investir dans ce nouveau canal de distribution, c’est sans doute pour affiner sa stratégie de vente et approcher un peu plus les potentiels acheteurs. En effet, la i3 n’a pas l’air facile à vendre dans les stands d’exposition des concessionnaires.

Les concessionnaires sont inquiets, voire méfiants

Ce projet de vente directe n’emballe pas les concessionnaires de la marque allemande. L’un d’eux a même affirmé que la firme allemande leur avait fait la promesse de ne pas encore lancer cette force de vente sur le territoire allemand. Roland Kruger a vite fait de les rassurer, en affirmant que la marque BMW comptait bien garder le réseau de concessionnaires en tant que force de vente principale.

Better Place racheté par Sunrise, après sa liquidation judiciaire


Better Place broyait du noir depuis sa mise en liquidation judiciaire. Aujourd’hui les stations Quick Drops de la société ont repris leur activité après le rachat de cette dernière par le groupe Sunrise. Ce qui n’est pas pour déplaire à Renault-Nissan.

Better Place logo

Un point positif selon Renault

9,1 millions d’euros, c’est la somme qu’Yosef Abramowitz, propriétaire du groupe Sunrise, a placée pour acquérir la société Better Place. Pour la petite histoire, cette société a cessé son activité pour manque de fonds, malgré l’investissement initial de Shai Agassi, qui s’élevait à 800 millions de dollars en 2007.
Les déclarations de Renault-Nissan, ex-partenaire de Better Place qui lui réclame 65 millions d’euros, invitent à l’optimisme ; d’après le groupe automobile, ce rachat va permettre aux clients possesseurs de Fluence ZE en Israël de recharger leurs voitures électriques.

Un nouveau départ, et une nouvelle appellation

Un changement de nom est envisagé chez Better Place, afin de tourner définitivement la page. Sur la page Facebook de la société, un concours est actuellement organisé pour désigner le nouveau nom de la société. Par ailleurs, d’après les responsables, Better Place devrait maintenir 50 de ses 85 employés à leurs postes, malgré le changement de structure.
D’un point de vue technique et infrastructurel, Better Place maintiendrait ses 15 stations Quick Drops israéliennes en activité, afin de ne pas laisser le concept tomber dans l’oubli.

Généraliser le concept Quick Drop sur toutes les marques, une bonne idée ?

Le groupe Sunrise a un grand projet en perspective concernant Better Place. Le nouvel acquéreur prévoit éventuellement d’étendre le service d’échanges de batteries à toutes les marques de voitures électriques, ce qui devrait étendre la liste des clients potentiels. Mais après la mauvaise image laissée par Better Place, il n’est pas évident que ce soit vraiment une bonne idée surtout depuis que Tesla s’est également investi dans le domaine.

Renault prépare une déclinaison électrique de la Twingo 3


La Twingo électrique est déjà en plein développement ; elle viendra donc étoffer l’offre en citadines non polluantes. Renault ne prévoit toutefois pas de la sortir avant l’année 2016.

Twingo electrique

Une Twingo 3 électrique ?

La Twingo électrique est bien en cours de développement. Cependant, d’après BFM Business, la marque au losange ne devrait la commercialiser que dans quelques années encore.

Ce sera donc la troisième du nom pour la gamme Twingo, sauf qu’elle arborera un style différent des deux premières Twingo. Elle devrait être dévoilée au public dès 2014, selon les estimations. Cette nouvelle Twingo aura trois types de motorisations. L’on sait en effet qu’il y aura une version diesel, une à essence, et une autre électrique.

L’offre tout électrique de Renault se verrait alors complétée par cette Twingo à venir. La déclinaison électrique sans émission de CO2 de la Twingo survient à point nommé pour donner la réplique à Wolkswagen qui s’apprête à mettre très prochainement la Up sur le marché.

Une coopération avec Daimler, qui a préparé la Smart

Renault s’est beaucoup investie pour que ce projet Twingo zéro émission voie le jour. Elle a placé énormément d’argent dans cette opération, mais cette voiture devrait quand même être commercialisée à un prix raisonnable. La raison en est simple : Renault travaille avec Daimler pour développer la base technique du véhicule. Et comme l’on sait que la Smart connaît déjà une version tout électrique, l’adaptation de la nouvelle Twingo ne sera pas trop compliquée, et surtout pas trop chère.

Par ailleurs, Renault attend encore que le marché des voitures électriques mûrisse un peu avant d’annoncer officiellement la sortie à venir de la nouvelle Twingo, dont la commercialisation n’est prévue que vers l’année 2016.

La gamme électrique de Renault brille en Europe


Depuis le 24 juin dernier, la ville de Naples a ouvert un système d’autopartage au grand public, avec des Renault Twizy, entièrement électriques. A Malte, Renault décroche également un marché public, pour environ une quinzaine de voitures électriques.

Twizy

L’autopartage des Twizy à Naples

Le système s’appelle… Bee. En tout, l’on recense quarante Renault Twizy et 27 Beepoints. Beepoint est l’appellation de la borne de recharge de ces véhicules, que l’on retrouve un peu partout dans la ville de Naples. Le service Bee a l’ambition d’élargir son parc automobile à 200 voitures et atteindre la mise en place de 100 Beepoints en un an, c’est-à-dire d’ici juin 2014.

Chez Renault, le but est de desservir la ville de Naples de manière à ce l’usager puisse avoir à sa disposition une Twizy ou un Beepoint à moins de 5 minutes de marche.

Pour la petite histoire, Renault a monté le service Bee avec NeaHelioPolis, ou NHP. En tarif classique l’abonnement est à 180 euros ; par contre, en promotion il ne coûte que 30 euros. Il faut également compter les 15 centimes/minute du trajet, ce qui revient environ à 4 euros en moyenne.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, la gamme électrique de Renault fait tout doucement son entrée sur le sol maltais.

Des contrats sur l’île de Malte

Le gouvernement de Malte a lancé il y a quelque temps un appel d’offres dans le but de sensibiliser les maltais sur les atouts d’une voiture électrique.

C’est Renault qui a été choisi pour le projet, aussi le gouvernement sera acquéreur de 6 Kangoo Z.E, ainsi que de 10 Fluence Z.E. Quant aux bornes de recharge, le gouvernement maltais prévoit de mettre en place un réseau de bornes, un projet appuyé par l’Union Européenne.

En plus du rechargement l’échange est également possible chez les stations Tesla


Tesla a choisi de remettre au goût du jour la technologie de la batterie interchangeable. Pour cela, Elon Musk, numéro un du groupe a démontré aux USA que remplacer une batterie prend moins de temps que pour faire le plein d’essence ou encore recharger une batterie électrique.

Jamais à plat avec les stations Tesla

Précédemment, Tesla a annoncé le déploiement futur de stations de recharges vers Los Angeles et San Francisco pour la fin 2013, et ensuite, s’orienter vers l’axe nord-est. Ces bornes de recharges sont dédiées aux deux modèles phares de la marque, à savoir la berline de luxe Model S, ainsi que le SUV qui est attendu pour bientôt, Model X.

Arrivé au niveau de ces stations, l’utilisateur verra deux options s’offrir à lui : la recharge, gratuite, mais nécessitant un laps de temps de 30 minutes, ou encore l’échange de la batterie à plat contre une pleine, moyennant une somme située entre 60 et 80 dollars. L’échange de batterie ne prend qu’environ une minute et trente secondes : il s’agit donc du moyen le plus rapide de repartir avec le plein d’énergie. Quant au moyen de récupération de sa batterie d’origine, il aura le choix entre la faire expédier par Tesla moyennant un coût encore indéterminé, acheter la nouvelle batterie ou encore revenir pour reprendre sa batterie.

Model S Touchscreen

L’énergie électrique, un pari selon Tesla

Généralement, l’utilisateur recharge sa voiture électrique lors de son utilisation quotidienne. Le système d’échanges de batteries est plutôt destiné aux lointaines destinations, nécessitant un gain de temps. Elon Musk met un point d’honneur à prouver que la technologie de véhicules électriques est à même de s’aligner avec les voitures qui utilisent des moteurs thermiques. À ce jour, Tesla possède un parc automobile plus vaste que le groupe Renault aux USA, soit environ 10 000 Model S, qui sont majoritairement situées dans la Silicon Valley. Bien que le coût d’une station de recharge soit très onéreux – 500 000 dollars US —, Tesla entend bien mettre son projet sur pied et réussir son pari : rivaliser avec les voitures à essence.

Les voitures électriques moins polluantes, d’après une étude de l’université de Newcastle


Ceux qui étaient contre les voitures électriques et qui les considéraient comme étant une technologie faussement verte risquent bien de rester bouche bée après que cette étude menée par une université britannique soit publiée.

Nissan Leaf

Une étude de plus, sur les voitures électriques

Une récente étude vient de confirmer que la voiture équipée d’un moteur thermique émet définitivement bien plus de CO2 que le moteur électrique (depuis sa phase de construction à son alimentation). Les études de comparaison entre ces deux types de moteur ont été certes nombreuses, mais celle-ci, réalisée par l’université de Newcastle s’est focalisée sur l’étude de 44 voitures électriques de Nissan.

Un enseignant au sein de l’Université de Newcastle, Phil Blythe, a annoncé que la démonstration a été établie : les voitures électriques représentent une bien meilleure option par rapport à celles équipées de moteur thermique. Cette technologie serait d’une grande aide dans la lutte contre la recrudescence de la pollution aérienne. Il ajoute d’ailleurs que la vulgarisation de l’utilisation de ces véhicules devrait être encouragée par les autorités compétentes afin de faire baisser la pollution issue de la circulation des voitures en milieu urbanisé.

Les électriques largement moins émettrices de CO2

La motorisation électrique pollue bien moins que la méthode thermique, en considérant que pour fournir de l’électricité, l’Angleterre utilise des énergies fossiles, contrairement à la France qui exploite l’énergie nucléaire. Après trois années d’études et de longs calculs, l’on obtient un résultat très explicite : le taux de rejet en CO2 de la voiture à moteur thermique est de 134g/km tandis que celui de la voiture électrique est de 85g/km.

Cette durée d’essais a permi par ailleurs de savoir que ces 44 Nissan Leaf ont fait chacune 648000 kilomètres, à raison de 40 kilomètres d’autonomie en moyenne, avec 19900 recharges des batteries.

Bolloré signe un contrat d’autopartage de voitures électriques aux USA


Un contrat estimé à 35 millions de dollars a été signé par le groupe français Bolloré, pour mettre en place à Indianapolis un service d’autopartage, pour l’année 2014. Fruit d’une collaboration entre le secteur public et le privé, ce service inclura 500 voitures entièrement électriques. 1200 bornes de recharges ainsi que 200 stations de location sont prévues pour ce projet.

Bollore Charging Station

Un premier projet à l’étranger pour Bolloré

Le groupe Bolloré compte déjà de grandes réalisations, comme le service Autolib’ en région IDF : au total, l’on recense 35000 abonnés à l’année, et 80000 en tout, dans les 52 communes de la région. Très récemment encore, il a déclaré vouloir introduire le Bluely dans le Grand Lyon. L’ambition ne lui faisant pas défaut, il jette son dévolu sur Indianapolis. Ce projet américain constitue une grande première en dehors des frontières françaises.

Interrogé par la presse, le commendatore Vincent Bolloré a affirmé que promouvoir la tendance des véhicules électriques aux USA l’enthousiasme vraiment.

Il existe bien des dispositifs de partage de voitures aux États-Unis, mais ils sont concentrés dans quelques grandes villes telles San Francisco, New York ou encore Chicago. Bolloré compte par contre mettre en route son activité à Indianapolis, une agglomération du Midwest des États-Unis qui ne cesse de se développer

Cibler les étudiants et changer les habitudes des Américains

Même si cette région est réputée pour l’affection de la population pour les pick-up et les gros 4 x 4, le groupe Bolloré reste confiant. Le responsable du programme, Hervé Muller, a déclaré que leur étude cible les jeunes adultes qui pourraient bien délaisser leurs véhicules personnels si d’autres options plus intéressantes sont mises à leur disposition. Il ne faut pas oublier en effet qu’Indianapolis possède beaucoup d’étudiants dans sa population.

De plus, Bolloré procèdera à l’installation de nombreuses bornes de rechargement autour et à l’intérieur du périmètre d’Indianapolis pour permettre aux Américains de profiter des véhicules électriques sans risquer de tomber en panne. Ce programme Bolloré a de fortes chances de faire d’Indianapolis la ville ayant le plus de voitures électriques aux USA.

Liens commerciaux
Voiture Electrique
Recevoir l'Actualité par email


Liens commerciaux
Page Fan
RECHERCHE