Recharges

Il sera bientôt possible de recharger sa voiture électrique en cinq minutes

Il ne sera bientôt plus nécessaire de charger sa voiture toute une nuit pour rouler tranquille le lendemain. La start-up israélienne StoreDot a récemment présenté une nouvelle technologie permettant un temps de recharge record de cinq minutes.

charge 5 minutes

Cinq minutes de recharge pour 480 kilomètres d’autonomie

Avec la faible autonomie, la durée de recharge est l’un des principaux défauts du véhicule électrique. Il n’est pas rare que les utilisateurs laissent leur voiture branchée huit heures d’affilée dans les parkings pour une autonomie maximale. Depuis l’annonce faite par la start-up israélienne StoreDot, les heures à patienter devant une borne à chaque station de recharge ne seront cependant bientôt plus qu’un souvenir. Une nouvelle technologie vient d’être développée pour permettre des rechargements complets en cinq minutes. Elle donnera aux véhicules une autonomie d’environ 480 kilomètres contre huit kilomètres actuellement pour la même durée de recharge. Il sera possible de faire le « plein » le temps d’une course et d’utiliser beaucoup plus longtemps sa voiture.

Un système de 7 000 cellules pour la recharge rapide

Pour permettre une telle vitesse de recharge, StoreDot a développé un nouveau système composé de 7 000 cellules jouant chacune le rôle de chargeur rapide. Ces cellules augmentent la performance de l’électrolyte et la capacité de l’électrode, ce qui permet d’obtenir un temps de chargement plus court. Selon StoreDot, les coûts de fabrication de cette technologie sont relativement faibles étant donné qu’elle est conçue à l’aide d’éléments bio organiques. Les performances obtenues sont pourtant sans commune mesure avec celles des meilleures bornes de recharge existantes. La start-up annonce qu’elle va non seulement équiper les véhicules électriques, mais également les appareils mobiles.

Source : Siliconwadi.fr

Tesla franchit la barre des 2 000 Superchargers

Teslas

Moins d’un an après avoir atteint les 400 Superchargeurs déployés, Tesla franchit un nouveau palier en disposant 2 000 de ses superchargers à travers 400 stations. L’occasion pour le constructeur de dévoiler des informations intéressantes sur ses réalisations actuelles et ses projets.

Tesla marque le coup pour son 2000 è Supercharger

En moins d’un an, Tesla fait un grand pas dans le déploiement de son réseau de Superchargers en atteignant la barre symbolique des 2 000 terminaux installés fin février 2015. Ces points de recharge hautement performants sont éparpillés à travers plus de 400 stations dans le monde. Pour marquer cet évènement, le groupe a publié une série d’infographies pleines d’informations essentielles.
Le constructeur américain précise notamment avoir délivré pas moins de 25 GWh d’énergie grâce à ses stations et permis aux utilisateurs de rouler sur près de 138 millions de kilomètres. Surtout, ces Superchargers auraient empêché le rejet de 44 500 tonnes de CO2 et près de 15 millions de litres de combustibles liquides. La présentation précise également qu’il est désormais possible de rouler en tout électrique depuis Amsterdam jusqu’au Cercle arctique grâce aux stations Tesla, ou encore de Los Angeles vers New York.

Voir l’infographie :

Tesla Superchargeurs

La construction de la « méga-usine » de Tesla avance bien

Sur l’infographie ci-dessus on peut voir également les prochains points en Europe, aux États-Unis et en Asie où seront installés les Superchargers de la marque. Et à première vue, ils se comptent par milliers. Ces indices témoignent une fois de plus de la volonté de Tesla de pousser au maximum le développement de la voiture électrique, sans oublier l’avancement de son projet de méga-usine de cellules de batteries lithium-ion au Nevada selon les récentes photos prises sur place. Grâce à ce seul site de production, la firme se fixe comme objectif de produire l’équivalent de 50 GWh en batteries lithium-ion d’ici 2020, un volume suffisant pour alimenter 500 000 voitures Tesla.

usine tesla

Tesla Gigafactory

« 16K » de Bolloré, un projet reconnu à dimension nationale

Quelques mois d’attente auront suffi à Bolloré pour obtenir l’agrément des Ministères de l’Ecologie et de l’Economie pour son ambitieux projet « 16K ».

image: wikimedia

image: wikimedia

Le projet « 16K » soutenu par l’Etat

Bolloré dispose fin 2014 d’un réseau d’environ 6 000 bornes de recharge pour voiture électrique en France. L’industriel breton prévoit d’en installer pas moins de 16 000 supplémentaires d’ici 2019. Cet ambitieux projet, baptisé « 16K », se déroulera en deux phases d’installation équivalentes. Le maillage de toute la France métropolitaine est le principal objectif de ce projet. Au final, un point de recharge sera accessible en moyenne tous les 34,5 km. L’investissement consenti par le groupe s’élève à 150 millions d’euros sur 4 ans. Eu égard à cet investissement, mais aussi aux avantages certains, attendus avec ce projet « 16K », l’Etat ne s’est pas montré insensible. Les ministères de l’Ecologie et de l’Economie ont accepté la demande de l’industriel de reconnaître la « dimension nationale » de ce programme.

Une reconnaissance bénéfique pour toutes les parties

L’agrément signé par Ségolène Royal et Emmanuel Macron libère Bolloré de la charge de redevance d’occupation du domaine public pour son projet. Le groupe voit aussi d’un bon œil cette reconnaissance, pour d’autres raisons. Sachant que le manque d’infrastructures de recharge constitue depuis toujours le principal obstacle aux ventes de voitures électriques, le projet « 16K » devrait supprimer cette barrière. En attendant ces retombées – lesquelles profiteront probablement aux autres constructeurs de voitures électriques —, l’industriel breton peut se réjouir de la hausse du chiffre d’affaires de sa filiale Blue Solutions. Les revenus de l’entreprise spécialisée dans le stockage d’énergie, annoncés jeudi 12 février, s’élèvent en effet à 97,1 millions d’euros en 2014, soit le double de l’année précédente.

La vallée du Rhône se met au courant avec des bornes de recharge

La voiture électrique est désormais très au point techniquement : silencieuse, nerveuse, confortable et fiable. Par contre elle peine à sortir des villes en raison de son autonomie encore trop faible (de 100 à 150 km en fonction des modèles). Même si 77% des Français font moins de 100 km par jour en voiture, il fallait trouver une solution adaptée pour résoudre ce problème d’autonomie hors site urbain.

La Compagnie Nationale du Rhône a réagi en innovant dans le cadre d’un projet ambitieux d’un montant total de 3 millions d’euros

Ce projet fera sortir de terre 23 stations destinées exclusivement à la recharge rapide des véhicules électriques pour un coût fixé à cinq euros le « plein ».

Station de Bourg-lès-Valence  © CNR

Station de Bourg-lès-Valence © CNR

La Drôme a bénéficié des premières stations initiées par ce projet

Les prochains sites choisis seront Bollène, Villeneuve-lèz-Avignon, Tarascon, Arles, Orange et Port saint Louis du Rhône. La nouveauté du concept vient de l’origine de l’électricité qui est exclusivement renouvelable car provenant de barrages hydroélectriques assistée, pour certaines stations, de panneaux photo voltaïques.

Station de Porcieu-Amblagnieu (Isère)  © CNR

Station de Porcieu-Amblagnieu (Isère) © CNR

A terme, le projet devrait s’étendre de la Suisse à la Méditerranée.

Source: FranceBleu

StoreDot propose une nouvelle technologie pour recharger les voitures électriques

StoreDot

La promesse du rechargement de sa voiture électrique en trois minutes : voici ce que nous réserve le prochain modèle électrique de la société StoreDot. Le PDG de cette start-up israélienne, monsieur Doran Myersdorf, a affirmé, lors du Consumer Electronics Show de Las Vegas, avoir toutes les clefs en main pour développer cette technologie aux prémices de 2016. A titre de rappel, cette prouesse technologique est déjà adaptée pour les batteries de Smartphones, appelée technologie « nanodot ». Une levée de fons de plus de 42 millions de dollars, durant l’automne dernier, est consacrée à ce projet révolutionnaire.

image : bmw

image : bmw

Seulement 3 minutes, c’est un pari ambitieux pour StoreDot . En effet, jusqu’à ce jour, nos technologies proposent des rechargements de voitures électriques allant de 30 minutes à 12 heures. Autant dire que c’est un challenge de taille pour StoreDot ! C’est le même timing que pour faire le plein de carburant d’une voiture traditionnelle. Le principe de fonctionnement de la technologie « nanodot » est basée sur une circulation beaucoup plus rapide des ions entre la cathode et l’anode, grâce à de microscopiques cristaux de 2 nanomètres de diamètres d’acides aminés (les peptides). Il ne reste plus qu’à espérer que ce projet soit viable et puisse convaincre les constructeurs automobiles.

7 millions de bornes de recharge en France d’ici 2030 ?

Ségolène Royal ne fait pas dans la demi-mesure : elle a annoncé sur I-Tele qu’un projet d’installation de 7 millions de bornes de recharge en France d’ici 2030.

segolene royal bornes de recharge

Vers une ère de mobilité propre en France

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal a déclaré récemment que le gouvernement prévoit l’instauration de 7 millions de bornes de recharge pour véhicules propres en France d’ici 2030. Cette annonce paraît assez étonnante dans la mesure où le nombre de stations-services sur le territoire français n’était que de 11 476 en 2013, s’il faut en croire une étude menée par l’Union française des industries pétrolières.

Des chiffres astronomiques

Concrètement, la France ne compte actuellement que 3581 stations de recharges pour voitures électriques, soit 16 753 prises de courant sur tout le territoire. Ce sont les chiffres enregistrés par Chargemap, le site Internet de référence en termes de recensement des bornes de recharge en France. Ce projet de Ségolène Royal s’il est appliqué dès aujourd’hui équivaudrait ni plus ni moins à mettre en place une borne de recharge pour 9 personnes. Si l’on ne tient compte que des citoyens ayant obtenu le permis de conduire, le résultat se ramènerait à une borne pour 6 personnes.

Un soutien important de l’Ademe

Pour l’heure, il serait prématuré de dire si ce projet relève ou non de l’utopie. En se basant sur les faits, il faut tout de même reconnaître que les bornes de recharges en déploiement sont nombreuses. D’ailleurs, plus de 900 bornes sont déjà prévues à l’installation dès 2016 en Bretagne. Ce projet pourrait alors prendre forme grâce au financement apporté par l’Ademe, qui a déjà soutenu l’installation de 7 bornes de recharge dans la région.

Le système de recharge sans fil dévoilé par Qualcomm Halo

À la veille du lancement de la première manche du championnat 2014 de voitures électriques ou Formule E, Qualcomm Halo a présenté deux voitures équipées du tant attendu système de recharge sans fil.

voitures electriques

La société Qualcomm Halo a récemment dévoilé les deux voitures qui serviront de safety car et de medical car au Championnat du monde de Formule E : une BMW i3 et une BMW i8. Ce qui les rend spéciales ? Non seulement elles ont une motorisation 100 % électrique, mais elles sont dotées du système de recharge de batteries sans fil. En effet, la société Qualcomm Halo se penche sur la cette technologie depuis maintenant plusieurs années. Bon nombre de personnes s’attendent donc à ce que le système soit ouvert bientôt au grand public.

Pour rappel, le principe de ce système de recharge n’est pas compliqué : il suffit de stationner la voiture électrique ou hybride sur une zone de recharge. Le plus gros avantage du système est qu’aucun fil n’est à brancher, tout se fait sans contact. Théoriquement, la station peut recharger la voiture électrique à une distance de 150 mm. Il est évident que pour l’utilisateur, le confort et le côté pratique sont décuplés, car il ne sera plus nécessaire de sortir les câbles pour brancher la voiture à la station.

À en croire les dires du vice-président de Qualcomm Halo, les négociations vont bon train avec les constructeurs et le système devrait être opérationnel pour plusieurs modèles de véhicules électriques aux alentours de 2017. Sans surprise, ce sont les voitures de gamme premium qui seront priorisées dans l’utilisation de ces stations de recharge sans fil, les autres gammes devront patienter encore un peu.

source : caradisiac

Le réseau Autolib s’ouvre à la gamme i de BMW

Autolib’ a récemment annoncé l’ouverture de son réseau de recharge à la gamme de véhicules électriques BMW. Les BMW i3 et i8 ont ainsi la possibilité d’utiliser les 4 700 bornes disponibles à travers la France.

image : bmw

image : bmw

Un abonnement annuel à 15 euros

La gamme i de BMW bénéficie désormais d’un réseau de recharge étendu. Le constructeur a en effet conclu un accord avec Autolib’ pour permettre à ses véhicules d’utiliser les bornes électriques réparties à travers la France. Les propriétaires des BMW i3 et i8 auront la possibilité de se recharger sur l’une des 4 700 bornes du réseau Autolib’. Ils s’évitent ainsi le stress causé par la crainte de ne pas trouver de sources d’alimentation pour leur véhicule. L’abonnement Autolib’ Recharge Auto coûte 15 euros par an. Une fois les frais d’abonnement acquités, l’heure de recharge est facturée à 1 euro. La nuit et aux heures creuses, un plafond de 4 euros est instauré. Les BMW i peuvent actuellement utiliser les bornes de recharge présentes en Île-de-France, à Lyon et à Bordeaux.

Anticiper les besoins des clients

L’accord conclu avec Autolib’ devrait permettre à BMW de renforcer sa présence sur le marché des véhicules électriques. Il y a quelques mois, le constructeur avait en effet révélé avoir reçu près de 10 000 commandes pour sa gamme i. Il avait également annoncé sa volonté de produire 100 000 voitures de ce type d’ici 2020. BMW s’accapare ainsi une partie du marché hexagonal en sachant que le Tesla Model S est en concurrence directe avec lui dans le pays. Le véhicule américain, proposé 59 000 euros, rencontre d’ailleurs un certain succès puisque 20 000 unités ont déjà trouvé preneurs dans le monde. La possibilité de recharger sa voiture sur les bornes Autolib’ devrait toutefois être un facteur de choix important pour la marque allemande. Le manque de bornes de recharge reste en effet le principal frein à l’acquisition des véhicules électriques.

La France a accueilli son premier Supercharger Tesla

Tesla Motors continue de se focaliser sur son infrastructure de recharge. Après avoir confirmé leur présence sur le sol nord-américain, Tesla les installe désormais à l’international, notamment en France.

super charger tesla

Après l’Amérique du Nord, c’est au tour de la Chine et de l’Europe de voir les bornes de recharge de Tesla Motors sur leur territoire. En France, c’est à Auxerre que la première borne Supercharger en France a été inaugurée. À titre de rappel, cette borne de recharge permet à tous les propriétaires de la Tesla Model S de recharger gratuitement leur véhicule à vie. 30 minutes de branchement à ce Supercharger garantissent alors au Model S une autonomie de 270 kilomètres. C’est un record absolu. Si le CHAdeMO, son principal concurrent, développe 50 kW, lui en revanche offre une puissance de 120 kW. En 40 minutes montre en main, la batterie de la Model S peut passer de 0 % à 80 % de charge. Mais Tesla n’a pas pensé qu’aux propriétaires de Model S. En plus des deux prises Supercharger dédiées à ce modèle de la marque, Tesla a également prévu deux prises de type 2 qui offrent une puissance de 22 kW.

De telles vitesses de rechargement peuvent alors laisser présager un développement rapide de la mobilité électrique malgré les contraintes des grandes distances.

À la fin de ce mois de juillet, la France verra deux Superchargers installés sur son territoire : ils seront implantés au niveau de l’autoroute du Soleil de manière à relier la capitale avec Aix-en-Provence. Sur le long terme, l’objectif de Testla est de renforcer sa présence dans l’Hexagone et dans toute l’Europe, pour qu’à terme la distance maximale entre deux Superchargers soit de 400 kilomètres. Tesla prévoit d’ailleurs d’installer environ 25 Superchargers en France d’ici la fin de l’année.

source : tesla mag

Wireless Parking Charge, le nouveau projet de Toyota

Alors que l’ère des voitures électriques n’en est encore qu’à ses débuts, le constructeur Toyota réalise déjà des essais d’un système de rechargement des batteries grâce à une technologie sans fil.

image : marketwatch

image : marketwatch

Le géant Toyota réalisera prochainement des tests d’un nouveau dispositif de charge des batteries de voitures électriques, fonctionnant avec la technologie sans fil. Si l’heure n’est pas encore à la commercialisation, il est évident pour le constructeur que cette innovation technologique sera importante et très pratique pour les utilisateurs de voitures électriques d’ici quelques années. Afin de s’assurer de la pertinence de ces essais, Toyota a mobilisé 3 Prius électriques. Trois points seront particulièrement étudiés par le constructeur japonais : le taux d’échec de la recharge lors d’un alignement imparfait du véhicule et de la borne, la facilité d’utilisation de la borne ainsi que la satisfaction des utilisateurs.

Le principe de la recharge sans fil est très simple : une bobine est enterrée sous l’aire de chargement, tandis qu’une autre est placée dans la voiture. Le chargement se fait alors par variation du champ magnétique entre ces deux bobines. Toutefois, il est important d’évaluer les risques de perte de transmission causés par un mauvais alignement de la voiture et des deux bobines. Pour cela, Toyota a modifié l’assistance au stationnement de la Prius : le conducteur de la voiture pourra désormais regarder l’écran de l’habitacle et voir la position de la bobine. Le positionnement du véhicule en fonction de celle de la bobine sera alors plus facile. Au cours de cette période d’essais, le constructeur japonais espère recueillir le maximum d’informations pour optimiser ce nouveau système de recharge et afin que ce dernier puisse être mis sur le marché dans les années à venir.