Voiture electrique : Renault

Un nouveau moteur pour Zoé

24 mois après son lancement, la voiture électrique Zoé de Renault troque son moteur Q210 de fabrication espagnole contre un moteur R240 conçu par les ingénieurs de la marque au losange, de Cléon et du Technocentre.

Renault Zoe

Le moteur R240 en détail

Renault s’est livré à un long périple avant d’accoucher de ce moteur électrique R240. Elle a effectivement dû déposer quelque 95 brevets.

Le R240 est issu d’une conception pour le moins ingénieuse. Ce bloc électrique synchrone à rotor bobiné intègre par exemple une prise Caméléon. Chacun de ses composants a bénéficié d’une gestion électronique optimisée qui permet un rendement nettement amélioré. Le moteur est également plus compact de 10 %.

En outre, le R240 est doté d’un boîtier d’interconnexion baptisé « Power Electronic Controller » qui regroupe le chargeur Caméléon et l’électronique de puissance dans un seul et même élément. Ce mode de conception est pour beaucoup dans la réduction du temps de charge de la batterie de 10 %.

Un second souffle pour Zoé

Grâce à ce moteur électrique R240, Zoé voit son autonomie rehaussée de 30 km et passe à 240 km sur le cycle normalisé. Dans la pratique et en condition d’usage normal, cette autonomie est à ramener sur une fourchette de 120 à 160 km, une mesure qui dégage encore un gain pondéré de 20 km.

La Zoé est ainsi très recommandée pour les utilisateurs se limitant aux parcours domicile-travail, une façon pour la marque au losange d’investir davantage le marché classique. Cette visée est d’ailleurs confortée par le fait que Renault réserve le moteur Q210 pour une offre d’entrée de gamme à venir qui sera proposée selon une source sûre à un prix réduit de 500 euros.

Source : Caradisiac

Renault reviendra bientôt au Canada avec des véhicules électriques

Après des années d’absence sur le marché canadien, Renault, le constructeur automobile français, vient de lancer les démarches pour l’homologation de son véhicule électrique Twizy sur le sol nord-américain. La Kangoo ZE s’invitera aussi prochainement dans le pays.

Renault Twizy

Un retour en force ou un test du marché ?

Cela fait déjà plus de 30 ans que Renault s’est éclipsé du paysage canadien. À l’occasion du salon de l’automobile de Québec qui s’est déroulé en mars dernier, la marque au losange en a profité pour présenter son nouveau quadricycle électrique urbain : la Twizy.

Selon la déclaration de la porte-parole du groupe, Maya Vautier, à l’AFP, il ne s’agit pas vraiment d’un retour de la marque en Amérique du Nord puisque la quantité de voitures prévues est assez faible. Renault espère toutefois pouvoir y commercialiser quelques modèles dès 2016 dans la catégorie de voiture à basse vitesse, soit inférieure à 40 km/h.

Actuellement, l’entreprise québécoise Azra dispose d’un réseau de bornes de recharge au Canada. C’est donc elle qui assurera la distribution de la Twizy.

Canada : un marché de voitures électriques prometteur

À la fin des années 1970, le losange avait connu un franc succès commercial en Amérique du Nord, notamment avec sa Renault 5. Aujourd’hui, on en parle encore selon Mme Vautier.

Par ailleurs, le Québec est connu comme l’un des plus grands producteurs d’hydro-électricité de la planète. Depuis 2013, la ville s’est engagée dans une stratégie d’électrification des transports.

Au Canada, environ 11 000 véhicules électriques y circulent actuellement dont presque la moitié rien qu’au Québec. C’est l’une des principales raisons pour laquelle le constructeur français a demandé une dérogation de conformité aux normes canadiennes pour la Kangoo ZE. Pour l’heure, Renault peut commercialiser 1000 unités de ce modèle dans le pays pendant deux ans.

Source : journaldemontreal

Nissan et Renault vont améliorer l’autonomie de leurs voitures. Objectif : 400 km pour 2020 !

La faible autonomie est, avec le temps de recharge, l’un des obstacles à l’adoption massive des voitures électriques. Si une start-up israélienne a annoncé l’arrivée imminente de bornes de recharge rapide, les constructeurs ont de leur côté revu à la hausse l’autonomie de leurs véhicules.

Renault Nissan

Une autonomie doublée

Avec les modèles Leaf et Zoé, Nissan et Renault font partie des constructeurs tirant leur épingle du jeu sur le marché des voitures électriques. Leurs véhicules séduisent autant que les BMW i8, Volkswagen Touareg électrique ou Tesla Model S même s’ils sont plus orientés vers les petites berlines que les sportives de luxe. Les deux constructeurs envisagent ainsi d’améliorer les performances de leurs véhicules électriques pour pallier l’une des principales lacunes de ce genre de voitures. Ils annoncent pour 2020 une autonomie allant jusqu’à 400 km, soit deux fois plus que ce qu’on trouve actuellement sur la plupart des modèles vendus sur le marché. Ce sera possible grâce à l’utilisation de nouvelles technologies.

Renault-Nissan privilégie le tout électrique

Il y a quelques semaines, l’alliance Renault-Nissan avait annoncé l’arrivée de voitures électriques offrant des performances plus élevées en termes d’autonomie au cours des prochaines années. Les modèles à venir des deux marques devraient pouvoir rouler 300 km en conditions réelles et 400 km en cycle homologué. Renault et Nissan espèrent ainsi séduire les clients réticents à l’achat d’une voiture électrique à cause justement de la faible autonomie. Les constructeurs viseraient 10 % de part de marché d’ici 2025. Contrairement à Toyota qui a choisi la motorisation hybride sur la plupart de ces modèles, Renault et Nissan ont fait le choix du 100 % électrique.

Source : CCFA

Voitures électriques : Renault-Nissan toujours en tête des ventes

Au terme de l’année 2014, l’alliance Renault-Nissan est ressortie numéro un des ventes de voitures électriques. Carlos Ghosn ne cache pas son ambition de persévérer dans cette branche, si les autres constructeurs creusent ailleurs.

Renault Nissan

Renault-Nissan, leader mondial de l’électrique

Le groupe franco-nippon a démontré une fois encore qu’il excelle dans le domaine de la mobilité électrique, même si ce marché n’en est encore qu’à ses débuts. Il faut avouer que l’évolution des résultats est assez impressionnante. Entre le moment où Renault-Nissan a lancé la Nissan Leaf en 2010 et aujourd’hui, le groupe a pu réaliser un total de 200 000 ventes de voitures électriques. Rien que pour l’année 2014, les ventes ont augmenté de 20 %, soit 65 000 immatriculations.

Un point de vue différent par rapport aux concurrents

Le groupe franco-nippon persiste et signe, restant convaincu du potentiel du marché de la voiture électrique. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré le PDG du groupe, Carlos Ghosn. En parallèle, les plus grands concurrents du constructeur se sont orientés vers d’autres technologies, comme les véhicules hybrides ou autres, car loin de se montrer confiants en ce qui concerne l’avenir de la voiture 100 % électrique. Par exemple, Toyota explore actuellement les moyens de commercialiser un véhicule fonctionnant à l’hydrogène, Honda devant lui emboiter le pas d’ici 2016.

Rééquilibrer les ventes du groupe

Il faut savoir que la Nissan Leaf est actuellement la voiture 100 % électrique qui se vend le mieux au monde. D’ailleurs, les ventes de Leaf constituent presque les trois quarts des ventes de Renault-Nissan. Cet avantage est sans doute dû au fait que le groupe Renault-Nissan l’ait commercialisé des années plus tôt, avant la Renault Zoé et la Renault Twizy. À ce sujet, le groupe entend rétablir l’équilibre des ventes.

Source: renault

Renault a produit son premier moteur électrique

Renault vient de présenter le premier moteur qu’il a entièrement conçu. Fabriqué en France à Cléon, ce nouveau moteur ne nécessitera plus l’aide de sous-traitants.

Renault Zoe

Le groupe Renault persiste et signe, car il croit en l’avenir de la mobilité propre, et ce, bien que les ventes ne soient pas encore à la hauteur des espérances. C’est au Technocentre de Guyancourt, où le groupe mène ses recherches en région parisienne, que le nouveau moteur électrique conçu entièrement par Renault a été présenté le 11 décembre dernier. En effet, il faut savoir que le groupe français faisant jusqu’ici appel à des sous-traitants pour équiper les différents modèles électriques Renault sur le marché, à savoir la Zoe, la Fluence, la Twizzy et la Kangoo. En parallèle au lancement de ces véhicules sur le marché, Renault a continué ses recherches afin d’affiner sa technologie et maîtriser en interne les différents rouages des moteurs 100 % électriques.

D’après un ingénieur de Technocentre Renault, Édouard Valenciennes, il est d’une importance capitale pour Renault d’acquérir ce savoir-faire afin de pouvoir maîtriser entièrement les coûts de production des voitures électriques du groupe. En ce qui concerne ce nouveau moteur, il développe la même puissance que celui installé sur la Renault Zoe. Toutefois, sa taille est 10 % plus petite. Renault a d’ailleurs dû enregistrer pas moins de 95 brevets lors de sa conception. Grâce aux performances améliorées du nouveau moteur, les véhicules électriques Renault devraient logiquement bénéficier d’une autonomie plus importante, surtout avec des batteries plus grandes, notamment pour la Zoe. D’ailleurs, le temps de charge des batteries de ce nouveau moteur sera réduit, même si cela se fait sur une prise électrique domestique.

source

Orange signe avec Renault-Nissan pour un programme d’Autopartage électrique

Les flottes d’entreprises constituent un enjeu de taille pour les constructeurs qui veulent lancer leurs véhicules électriques et qui veulent les vendre en masse. C’est d’ailleurs la raison du contrat signé entre Renault-Nissan et l’opérateur Orange.

zoe et leaf

En s’engageant à livrer 200 véhicules électriques à l’opérateur de télécommunication Orange, l’alliance Renault-Nissan a décroché le jackpot. En effet, il faut savoir que les flottes d’entreprises représentent un marché important pour les constructeurs de véhicules propres, dans la mesure où le pouvoir d’achat des particuliers n’est pas encore assez important et que les sociétés sont contraintes de s’inscrire dans une politique de développement durable. C’est alors qu’un programme d’autopartage a été lancé par Orange et Renault-Nissan. Des Nissan Leaf, des Kangoo ZE, des e-NV200 et des Renault Zoe intègreront donc le parc automobile d’Orange d’ici l’année 2015.

Dans certaines régions comme l’Île-de-France, la Bretagne ou encore le PACA, cette formule est déjà utilisée. Le système d’autopartage permet d’ailleurs plusieurs avantages : le parc automobile est réduit, car les véhicules sont en rotation entre les employés, et ces derniers peuvent accéder à un véhicule plus facilement grâce à certaines mesures. Par exemple, Orange a mis en place son application Orange Auto Partage qui donne la possibilité d’utiliser un smartphone, une tablette ou encore l’Intranet pour réserver une voiture à une date et une heure précises.

Par le passé, Orange a déjà procédé à des essais de la Renault Twizy et de la Fluence. Une responsable au sein de la firme a d’ailleurs annoncé que les employés ayant testé ces voitures ont été satisfaits et qu’ils souhaitent poursuivre l’expérience zéro émission. Pour rappel, Orange a annoncé une politique écologique importante, à savoir diminuer son empreinte carbone de 20 % d’ici 2020.

source : largus

Possible fin de l’aventure pour la Fluence ZE en Europe

D’après les rumeurs, l’on assisterait à la fin de la production en Europe de la pionnière des voitures électriques chez Renault, la Fluence ZE. Il paraît que la firme va procéder à la fermeture de la ligne de production de l’usine en Turquie.

Renault-Fluence

Un chapitre qui se clôt avec Better Place

Rien n’est officiel, mais de nombreux médias étrangers ont relayé l’affaire, notamment sur internet. Pour rappel, c’est en 2011 que la Renault Fluence ZE a été lancée, de manière à assurer l’offre vis-à-vis du projet de Better Place. En effet, cette dernière avait comme projet de mettre sur le marché des voitures électriques avec des forfaits au kilomètre, tout comme sur le marché de la téléphonie mobile. Dans la mesure où Better Place a déposé le bilan au mois de mai 2013, l’on peut peut-être en déduire que les deux évènements sont liés l’un à l’autre.

Des ventes au ras du plancher en 2013

En Europe, la Fluence ZE n’a pas eu l’effet escompté. Au milieu d’une pléiade de voitures électriques sur le marché, la Renault électrique n’a réalisé par exemple que 18 ventes en France en 2013. Et pourtant, il y eut des moments où la Fluence ZE était sous les feux des projecteurs comme lors du Festival de Cannes ou encore pendant le sommet de la Terre de Rio. À cause de ces chiffres peu reluisants, il se peut que l’usine de Bursa en Turquie ne produise désormais plus que la Renault Fluence à moteur thermique.

Qu’en sera-t-il demain ?

Il faut savoir également que la Fluence ZE de Renault est également produite et assemblée en Corée, sous le nom de Samsung SM3 ZE. Théoriquement, cette production devrait se poursuivre, le marché coréen étant indépendant et différent de celui de l’Europe. Par ailleurs, le constructeur français Renault aura à assurer le SAV de tous les modèles.

Renault Kangoo Z.E, lauréate du prix de la mobilité durable

La marque au losange est à l’honneur. La Kangoo ZE s’est vue décerner par le journal outre-Rhin Transport le trophée européen de la mobilité durable.

Renault Kangoo ZE

La meilleure d’Europe

Le kangoo ZE, modèle utilitaire électrique de Renault a été reconnu comme le véhicule offrant le plus de solutions de mobilité durable aux automobilistes du vieux continent. Concourant dans la catégorie des moins de 6,5 tonnes, elle est la première voiture fonctionnant entièrement à l’énergie électrique à gagner ce trophée distribué deux fois par an. Les voitures alignées pour ce concours ont été évaluées selon trois critères : l’économie d’énergie, l’implication du modèle dans la préservation de l’écosystème et la responsabilité sociale.

Une reconnaissance

Ce prix récompense les efforts entrepris par le groupe français pour la mise en place d’alternatives de mobilité durable pour les automobilistes. Le modèle de Renault représentant 80 % du marché français des véhicules entièrement électriques avec 3 500 lots vendus entre janvier et octobre 2013 séduit également les consommateurs de l’autre côté du Rhin. La Kangoo ZE est affichée au tarif hors taxes de 14 000 euros après déduction du bonus écologique et hors accumulateurs.

Deux fois couronnée

Le constructeur automobile français accumule les trophées avec son modèle électrique Kangoo ZE. Ce dernier a déjà reçu il y a quelques semaines le Prix Auto Environnement MAAF Édition 2013 dans la catégorie Véhicule utilitaire léger. Cette compétition récompense les industriels du secteur pour les efforts qu’ils entreprennent pour développer des technologies innovantes destinées à l’industrie de l’automobile. Ces consécrations témoignent de l’intérêt que portent les consommateurs à l’utilitaire électrique le plus vendu en Europe — écoulée à 10 000 exemplaires depuis sa commercialisation en 2011.

Source : Renault

Renault-Nissan : les ventes de VE moins bonnes que prévues

Le constructeur automobile Renault-Nissan remet les pieds sur terre en admettant qu’il ne puisse pas atteindre les objectifs fixés pour l’année 2016 sur le marché des voitures électriques.

Renault Nissan

Le cap de 1,5 million de voitures encore loin

Le constructeur franco-japonais mettra plus de temps que prévu pour vendre 1,5 million de voitures roulant à l’électricité. Le patron du Groupe, Carlos Ghosn a confié que les objectifs attendus pour 2016 ne pourront être atteints que dans quatre ou cinq ans. L’industriel français et son partenaire nippon devront donc patienter avant de pouvoir amortir les quatre milliards d’euros d’investissement injectés pour le développement de leurs modèles électriques.

Les infrastructures ne suivent pas

M Ghosn a affirmé que le marché croît à un rythme plus lent. Cette évolution est liée à l’insuffisance d’infrastructures nécessaires pour la promotion de ces produits. Le patron de la firme franco-japonaise n’a pas manqué de rappeler que l’État s’est engagé en 2012 à mettre en place quelque 30 000 bornes de rechargement destinées à l’usage public sur une période triennale, mais l’on en est encore à 2 000 actuellement. Carlos Ghosn a assuré que les automobilistes investiront lorsqu’ils seront sûrs de pouvoir recharger plus facilement les accumulateurs de leur voiture.

Les modèles du groupe loin du compte

Le numéro un du groupe a apporté ces mises au point parce que les spécialistes du marché des VE commençaient à se poser des questions sur l’avenir de Renault-Nissan, les résultats ne sont pas à la hauteur de l’ambition des deux firmes. Depuis commercialisation à la fin de 2010 de la Nissan Leaf, les partenaires n’ont pu en écouler à travers le monde que 80 000 unités. La Renault Zoé quant à elle s’est vendue à 6 000 exemplaires depuis son lancement le mois de mars dernier.

source : lefigaro

Renault offre une charge rapide d’une heure dans ses concessions

Renault multiplie les actions visant à accompagner le développement du marché des voitures électriques de l’Hexagone. Les utilisateurs de ces véhicules pourront recharger gratuitement leurs batteries, une heure durant, par jour, sur les bornes de rechargement des concessionnaires de la marque.

Logo Renault

Les batteries rechargées à 80 %

Renault invite les utilisateurs de voiture fonctionnant entièrement à l’énergie électrique de se rendre dans les locaux de ses concessionnaires pour recharger les accumulateurs de leur véhicule. La firme française donne en effet la possibilité aux personnes conduisant un véhicule électrique d’utiliser gratuitement les bornes de rechargement de ses partenaires commerciaux pendant une heure. La direction de l’entreprise fait savoir que 875 dispositifs de recharge accélérée seront ainsi mis à la disposition des automobilistes pour ce service

Un gain de 1,5 euro pour l’automobiliste

En lançant ce projet, Renault veut confirmer sa place de numéro un français du marché des véhicules électriques et la firme entend ainsi simplifier la vie des conducteurs. La direction de l’entreprise assure qu’en un tour d’horloge, les batteries de la voiture récupèreront 80 % de leur capacité. Ce qui permet à l’automobiliste de réaliser des économies de 1,5 euro sachant que le coût à payer pour une recharge pleine s’élève à 2 euros.

Quels sont les modèles compatibles ?

Ce qui est extraordinaire dans ce nouveau service de Renault c’est que tous les utilisateurs de voitures électriques peuvent en bénéficier. L’entreprise explique que les bornes de rechargement sont accessibles pour tous les modèles de véhicules électriques compatibles avec les équipements installés au niveau des concessionnaires. Ainsi, outre les gammes Renault ZOE, Kangoo ZE, Fluence ZE, le constructeur inclut aussi dans son projet la Smart ED, la Nissan Leaf, la Citroën C-Zéro, la Mitsubishi I-Miev, la Peugeot iOn, le Fisker Karma, l’Oper Ampera et aussi le Chevrolet Volt.

Source : caradisiac