Bien comprendre le mode « Autopilot » de Tesla

Mieux vaut ne recourir au mode « Autopilot » qu’une fois les conditions d’utilisation réunies. Les conducteurs de la voiture électrique Tesla Model S l’ont appris à leurs dépens.


pilotage automatique tesla

Qu’est-ce que le mode « Autopilot » ?

Le mode « Autopilot » désigne un système d’aide à la conduite, ce qui signifie qu’il n’offre pas une autonomie totale au véhicule et que son conducteur doit en garder le contrôle. Il regroupe quatre éléments, à savoir un radar longue portée, une caméra montée sur le devant de la voiture électrique, un capteur ultrasons sensible à tout ce qui se passe autour du véhicule, ainsi qu’un GPS qui informe sur le trafic en temps réel.

Tesla Autopilot

Les conditions d’utilisation

Deux conditions permettent de recourir au mode « Autopilot ». La première porte sur la nature même de la circulation. Il est en effet conseillé de n’activer cette fonctionnalité qu’une fois sur une autoroute. Des vidéos mises en ligne sur YouTube ne font que confirmer l’importance de cette première condition. On y voit des conducteurs de la Tesla Model S recourir à cette fonctionnalité en zone urbaine, ou sur une route nationale. Les capteurs sont alors déroutés par les véhicules circulant en sens inverse, au point d’amener la Tesla Model S à suivre ces seconds. De ce fait, Tesla Motors invite les conducteurs à garder les mains sur le volant, même si le mode « Autopilot » est activé. La seconde amène quant à elle à se référer à la météo du jour. Les capteurs requérant une visibilité accrue pour bien assurer leurs fonctions.

Tesla Model S

Les plus gros fails ou conduites à risques avec l’autopilote

Il redresse à temps alors que sa Tesla va en direction de la voiture qu’il est en train de croiser :

Toujours enlever le mode de pilotage automatique quand on sort de l’autoroute, même sur la voie de sortie :

Et ce conducteur s’asseoit carrément sur le siège arrière, heureusement qu’il roule seulement à 18 miles par heure et sur route secondaire fermée :